Vannes ne cesse de casser les codes !

  • Face à des Nerversois ambitieux de faire tomber le leader breton, le centre vannetais Branden Holder et ses coéquipiers devront être présents au combat. Photo Icon Sport
    Face à des Nerversois ambitieux de faire tomber le leader breton, le centre vannetais Branden Holder et ses coéquipiers devront être présents au combat. Photo Icon Sport
Publié le

13 essais, 3 bonus offensifs, 15 points au compteur lors des trois dernières sorties, Vannes présente un bilan comptable largement au dessus de la moyenne. L’équipe de Nevers sera-t-elle la prochaine victime de l’appétit breton ?

Les chiffres actuellement parlent d’eux-mêmes. Qui actuellement est en mesure d’enrayer la marche en avant, avant d’être peut-être dans les mois à venir, triomphale, d’un RC Vannes qui n’en finit pas de casser les codes ? Avec près de 70 points au compteur, le RC Vannes ne va pas tarder à battre son record historique de 80 points (saison 2018-2019) et peut même lorgner la barre des 100 points à son allure actuelle, alors qu’il reste 40 points (voire 50 ! avec les bonus) à prendre.

Tout ceci n’enflamme pas les têtes côté joueurs et staff. Du Top 14, le côté technique et terrain ne veut plus en entendre parler. Les joueurs évoquent le sujet du bout des lèvres. Dans l’instant, seul leur importe le prochain match face à Nevers, "une équipe qui dispose d’une excellente touche et qui affectionne les ballons portés. Je crois même que c’est l’équipe qui a marqué le plus d’essais sur ces ballons portés", confesse en préambule un entraîneur vannetais dont on sent dans le propos, que lui et son collectif ne craignent plus personne. Et d’ajouter : "Nous avons conscience qu’une victoire contre Nevers, nous assurerait alors un match de phase finale à la Rabine, barrage ou demi-finale. Oui, c’est un match très important."

Un banc renforcé

Face à un adversaire que le patron vannetais juge encore " plutôt offensif, structuré et bien organisé, avec la volonté de tenir le ballon", il importe à ses yeux de trouver le bon équilibre dans la composition de son groupe. " Nous avons joué Perpignan et Biarritz avec des blessés et des absents." Aujourd’hui avec un effectif quasi complet "il faut modifier les cartes. On va renforcer le banc de touche, car nous n’avions pas été à notre avantage contre l’Usap et Biarritz dans les 20 dernières minutes, ce qui nous a coûté à chaque fois le gain du match". Il est vrai que le RC Vannes redoute l’adage du "jamais deux sans trois" (défaites à domicile), face à des adversaires qui avaient perdu chez eux lors de la précédente journée : Perpignan face à Béziers le 14 novembre et Biarritz devant Valence Roman le 14 janvier, alors que Nevers vient de se faire coiffer sur le poteau par Grenoble "qui n’est même pas une équipe de l’actuel top 6", ajoute Spitzer.

Branden Holder : "Il va venir énervé !"

Cette défaite de Nevers n’a pas suscité à la fois interrogation, voire un soupçon d’inquiétude dans le camp breton. Branden Holder le centre vannetais, ne cache pas que Nevers "va venir énervé (sic) de sa récente défaite. Pour nous, c’est toujours une pression supplémentaire de jouer à domicile. Nous sommes plus performants et plus à l’aise à l’extérieur. Nevers va jouer avec l’ambition de nous faire tomber. C’est toujours valorisant de jouer un leader qui n’est pas là par hasard, par chance ou au regard des circonstances." Selon Erik Marks le deuxième ligne du RCV : "Nous nous attendons à un gros match au niveau des avants, face à une équipe qui aime les ballons portés. Il faudra être présent dans le combat."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?