Face à La Rochelle, Paris s’est retrouvé

  • L'équipe de Paris
    L'équipe de Paris Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Aux fraises depuis le début de l’année loin de Jean-Bouin, leStade Français a terminé de cueillir des valises. La copie rendue à Deflandre augure des lendemains meilleurs.

La victoire n’est pas au bout mais l’essentiel est ailleurs. « Après la période que nous venons de traverser, les attitudes seront nos seuls juges de paix », disait Gonzalo Quesada dans nos colonnes vendredi dernier. Mission réussie pour le manager parisien. Le col Deflandre, plus que jamais classé  hors catégorie cette saison, le Stade français l’a franchi avec les honneurs. Une semaine après avoir calé à Chaban-Delmas (44-6), énième théâtre de désillusions à l’extérieur, Paris a trouvé son second souffle à La Rochelle. « Nous avions à cœur de nous retrouver en tant qu’équipe, de montrer une image positive, de ne rien lâcher tous ensemble jusqu’à la dernière minute du match où on accroche le point de bonus défensif, souligne Alex Arrate. Nous avons retrouvé l’état d’esprit du début de saison, dans le combat et la solidarité. Si on se relâche après l’essai, on peut prendre une déculottée. »


Le centre évoque, ici, l’essai précoce de Berjon (6e). « C’est là qu’on peut mesurer le caractère de l’équipe, poursuit son coach, Laurent Sempéré. Ces derniers temps, nous encaissions des essais très vite en début de match à l’extérieur et on baissait les bras. Là, au contraire, l’équipe a redoublé d’efforts. Les gars ont très bien répondu dans l’attitude. »

Priorité au bonus


L’entraîneur des avants le concède, le staff a même dû « brider » son XV dans le money-time. Avec la consigne d’attendre sagement la sirène pour taper la pénalité du bonus défensif, plutôt que de bénéficier d’une hypothétique balle de match sur un dernier ballon et risquer de repartir à vide : « Dernièrement, on a vu trop d’équipes avoir du mal à réceptionner les coups d’envoi. Nous nous serions retrouvés avec un ballon dans nos 10 mètres. Avec la détermination qu’avaient les garçons aujourd’hui, c’est certain qu’ils auraient entrepris pour essayer d’aller marquer et gagner cette rencontre, tellement ils avaient tout fait pour. Je regrette qu’ils ne soient pas davantage récompensés mais nous allons de nouveau pouvoir avancer. Les précédents matchs manquaient de matière pour avoir une base de travail. » Au moins, cette fois, Paris n’a pas fait le voyage pour rien.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?