L’Aviron sans excuses

  • Aitor HOURCADE
    Aitor HOURCADE Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Massacré physiquement, Bayonne a fini par totalement baisser les bras, jusqu’à concéder six essais dans le dernier quart d’heure et le «record » de la plus large défaite de la saison. Le genre d’attitude qui n’a évidemment pas plu au manager Yannick Bru.

En toute franchise, on était prêt à trouver toutes les excuses du monde à cette équipe de l’Aviron. Parce qu’elle s’est avancée à Clermont si diminuée (absences de six piliers et trois ouvreurs) et remaniée à la va-vite, avec les intégrations express des jokers Amosa et Pelo et la titularisation de l’ailier Aymerc Luc à l’ouverture, qu’on n’imaginait malheureusement pas autre chose que ce genre de scénario. Et si l’on a pu un peu pester contre l’arbitrage vidéo réclamé (à raison) par M. Marchat au moment de refuser à Ravouvou ce que l’on pressentait comme le seul éclair basque du match pour un en-avant d’Amosa au moment d’arracher le ballon des mains de Fourcade, on n’oublie pas non plus que ce sont cinq essais qui ont aussi été refusés de la sorte à Clermont, dont trois dans les dixpremières minutes.


De quoi facilement conclure que l’addition aurait pu être bien pire, après avoir atteint la pause sur le score presque flatteur de 24-3… «Il est évident que la dimension physique des Clermontois était bien supérieure à la nôtre, tentait malgré tout d’analyser le manager Yannick Bru. En première mi-temps, on a très peu tenu le ballon sous cette pression physique mais on avait encore montré quelques signes de respiration. En revanche, en deuxième mi-temps, cette pression était trop forte, la supériorité numérique de Clermont a été terrible pour nous. Nos deux jeunes piliers (Cormonier et Tatafu, N.D.L.R.) n’ont pas supporté le choc, nous avons blessé des joueurs (nez cassé pour Hourcade, épaule pour Taofifenua). Et puis, petit à petit, l’équipe a baissé les bras. Clermont a déroulé et nous est passé dessus. »

Un 42-0 en quinze minutes


Pour s’en convaincre, un bref calcul suffit : mené 31-3 à cet instant de la partie, l’Aviron subit alors un 42-0 dans le dernier quart d’heure. Évidemment trop gros pour être vrai, tant l’unique volonté manifestée par les joueurs consistait à ne surtout pas se faire mal… Compréhensible mais forcément fâcheux pour un manager comme Yannick Bru, bien conscient que concéder la plus large défaite de la saison en Top 14 (« dépassant » le 71-5 subit par Agen à Bordeaux) n’est pas forcément le meilleur des signaux, à l’instant d’entamer un éprouvant sprint final.


«Je vais être très bref, concluait Bru. Je veux présenter mes excuses à tous ceux qui aiment ce club de l’Aviron. Perdre à Clermont, c’est possible, mais de cette manière-là, c’est tout simplement inadmissible. On peut excuser les erreurs techniques mais pas le fait de baisser les bras comme nous l’avons fait en deuxième période. Il n’y a pas grand-chose à dire de plus, si ce n’est que l’on va repartir au travail pour essayer de montrer un beau visage le plus vite possible. » Il vaudrait mieux puisque, pour tout dire, la perspective d’un déplacement encore plus lointain et tout aussi risqué à Toulon la semaine prochaine fait quelque peu frémir…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?