Les Crusaders visent une nouvelle fois les sommets

  • Les Crusaders visent une nouvelle fois les sommets
    Les Crusaders visent une nouvelle fois les sommets Steve Haag / Icon Sport - Steve Haag / Icon Sport
Publié le

Après le Super Rugby AU, c'est au tour du Super Rugby Aotearoa de faire son retour. Midi-Olympique vous propose une présentation des 5 franchises qui participent à cette compétition entre équipes néo-zélandaises. Pour commencer, place aux favoris, les Crusaders. 

La saison dernière : vainqueurs, comme d'habitude 

Ces dernières saisons, les Crusaders ont repris leurs bonnes habitudes : ils dominent outrageusement la concurrence. L'équipe la plus titrée de l'histoire du Super Rugby (10 titres) est triple tenante du titre de l'épreuve globale, mais aussi première et seule victorieuse de la nouvelle formule. Dominateurs de bout en bout, les Noir et Rouge n'ont perdu qu'un seul match avant la crise Covid dans la compétition classique, et un seul aussi dans la première édition du Super Rugby Aotearoa. Ils ont logiquement gagné la compétition, avant même la dernière journée (le dernier match ayant même été annulé).

Puissants et méthodiques, les joueurs de Scott Robertson, un temps pressenti pour entraîner les All Blacks, dominent leurs adversaires avant de les faire inexorablement craquer, souvent dans le dernier quart d'heure l'année passée. Solides devant et insaisissables derrière, les Crusaders sont une équipe redoutablement complète, qui s'appuie sur ses hommes forts comme Scott Barrett ou Richie Mo'unga. Et cette régularité en haut de tableau pourrait encore continuer.

L'objectif : continuer de dominer 

Impossible de le cacher, tout autre résultat qu'une victoire finale serait vu comme une déception du côté de la franchise de Christchruch. Mais elle est aussi l'équipe à battre pour les autres engagées dans la compétition. Les départs de Read, Crotty, Franks et Dagg l'année passée ont laissé place à la jeunesse qui doit maintenant garder le cap. Meilleure défense du Super Rugby depuis 2 saisons, les Saders imposeront encore à coup sûr un gros défi physique. À domicile, Mo'unga et consort sortent d'une série de 38 matchs sans défaite brisée par les Hurricanes. Gagner au Rugby League Park relèvera donc encore de l'exploit. 

Pour mettre toutes les chances de leurs côtés, les Crusaders veulent aussi s'adapter au plus vite aux nouvelles règles qui entrent en vigueur lors de cette édition 2021. Il sera notamment possible pour le capitaine, une fois par match, de demander à l'arbitre de revoir une action à la vidéo. Autre exemple, quand un attaquant est bloqué dans l'en-but, le ballon sera rendu à la défense.

ICYMI | There's a couple of new innovations coming your way on the 13th of June!

DETAILS \u27a1\ufe0f https://t.co/S8vjUzzUgs#SuperRugbyAotearoa pic.twitter.com/swlzCR1wI0

— Super Rugby (@SuperRugbyNZ) June 2, 2020

« Nous devons être vraiment intelligents dans la façon dont nous utilisons ces règles, avoir un processus vraiment clair. Les joueurs sur le terrain en ont normalement une bonne idée », explique Scott Robertson. « Nous aurons des moyens de communiquer les informations le plus rapidement possible, c'est de l'art. » Les Crusaders peuvent aussi voir ces nouvelles règles comme de nouvelles opportunités de créer du jeu et de jouer dans les espaces. Les joueurs de Cristchurch feront en tout cas le maximum pour rester en avance sur leurs adversaires et continuer de dominer. Premier match vendredi 26 février contre les Highlanders (7h05).

Les recrues : la jeunesse néo-zélandaise

Les Crusaders n'ont pas fait de gros chamboulements dans leur effectif cette année. Ce sont surtout les jeunes pousses du centre de formation de la Crusaders Académie qui débarquent. Et certains ont déjà une certaine renommée. C'est le cas de Fletcher Newell (20 ans), élu joueur de l'année de moins de 19 ans en Nouvelle-Zélande en 2019. Pilier des Baby Blacks, Newell va apporter de la force et de l'insouciance à la première ligne (1m85, 121kg). Il sera accompagné par Tamaiti Williams (20 ans), lui aussi pilier, qui a disputé un match avec les Maoris All Blacks. « Tamaiti développe son art et peut rivaliser avec les meilleurs », confie Scott Robertson.

En plus des deux piliers, les Crusaders pourront compter sur les centres Chay Fihaki (20 ans) et Isaiah Punivai (20 ans). Les deux découvrent l'équipe et auront une place à prendre après le départ de Fetuli Paea pour les Highlanders, même si la paire de centres titulaire devrait encore être Braydon Ennor - Jack Goodhue. Tous ces jeunes joueurs se sont fait remarquer durant la Mitre 10 Cup et de gros espoirs sont placés en eux. Pourront-ils prendre les reines de l'équipe à moyen terme ? 

\ud83d\udd34\u26ab\ufe0f A reminder for the @crusadersrugby faithful to see who's in & out for the 2021 campaign!#SkySuperRugbyAotearoa pic.twitter.com/GyKgnoleuv

— Super Rugby (@SuperRugbyNZ) February 12, 2021

La star: Richie Mo'Unga

On ne le présente plus, il est la tête d'affiche de ces Crusaders, Richie Mo'unga est l'homme à suivre. L'ouvreur des All-Blacks est le métronome de l'équipe, celui qui dicte le jeu, qui créé des différences et qui peut faire bascluer un match que ce soit par ses initiatives ou son jeu au pied. Auteur de 113 points, dont quatre essais l'an passé en Super Rugby, il a d'énormes responsabilités et est un acteur majeur de la réussite de l'équipe de Christchurch. Pour illustrer son importance, une des deux seules défaites des Saders l'an passé à eu lieu en son absence.

Facteur X, il est aussi mis en lumière par son importance chez les All Blacks, lui qui est l'ouvreur titulaire de la sélection néo-zélandaise. Un joyau qui doit hisser son équipe vers les sommets, accompagnés par d'autres All blacks, comme le capitaine et seconde ligne Scott Barrett. 

Yanis GUILLOU
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?