Mêlée clermontoise en convalescence

  • La mêlée clermontoise va de mieux en mieux depuis quelques semaines
    La mêlée clermontoise va de mieux en mieux depuis quelques semaines Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Chagriné par le départ de la poutre Timani et la blessure de Falgoux, Didier Bès espère de sa mêlée qu’elle en terminera rapidement de ses performances en dents de scie, en livrant à Agen une prestation dans la continuité de celle livrée face à Bayonne.

Les week-ends se suivent et ne se ressemblent pas pour l’ASM et sa mêlée, dominatrice en fin de match mais vaincue par l’UBB, puis copieusement dominée mais victorieuse contre Lyon. De quoi évidemment contrarier son entraîneur Didier Bès…

« Des matchs comme ça, ça tracasse, nous confiait ce dernier voilà deux semaines. Tout le week-end, tu y réfléchis, tu rejoues les actions, tu remets des choses en question, tu essaies de chercher des clés… Ça m’a permis aussi, et c’était important, de débriefer ce qui s’était passé avec le corps arbitral avant de repartir au travail. » 

Ce travail ? Il consistait évidemment en grande partie à remettre en selle le pilier droit international Rabah Slimani, en difficulté contre l’UBB et sorti au bout de 30 minutes, dont l’absence le week-end suivant face à Lyon s’était fait clairement ressentir. « Le point fort de Rabah, c’est la mêlée. Forcément, quand un joueur comme ça se retrouve autant pénalisé sur son point fort, il est important de réagir. Vis-à-vis de lui comme du groupe… Le choix de ne pas l’aligner face à Lyon n’était pas une sanction, ni politique vis-à-vis des arbitres, juste sportif : l’équipe, on ne la fait pas par rapport aux arbitres… Je ne connais pas un joueur à qui ce n’est jamais arrivé d’avoir un léger coup de moins bien dans sa carrière. Mais dans ces moments, soit tu te laisses aller, soit tu remets le bleu de chauffe pour revenir au niveau qui doit être le tien. Rabah est un joueur d’expérience et on a besoin de lui pour tirer le groupe vers le haut, parce que Cristian Ojovan et Sipili Falatea sont encore très jeunes. Mais il doit être acteur de ça. Ça doit venir de lui. »

Everson, intégration progressive

La réponse ? Elle est advenue samedi dernier face à Bayonne. Entré en cours de jeu, Rabah Slimani a désintégré façon puzzle ses jeunes vis-à-vis, jusqu’à provoquer un carton jaune fatal à l’Aviron dans le dernier quart d’heure. Un bon signe qu’il s’agira désormais de prolonger à Agen, d’autant que la mêlée de l’ASM n’en a pas terminé de tous ses problèmes, avec le récent départ de Timani et la grave blessure d’Etienne Falgoux. « On n’est pas épargné cette saison, soufflait Bès. On a eu beaucoup de deuxième ligne blessés cette saison, et quand tout le monde semblait enfin revenu, Sita s’en est allé… Pour s’y adapter, on a d’abord fait bosser Joel Everson avec nous en opposition, jusqu’à le lancer dans le grand bain. »

C’était contre Bayonne, pour une dizaine de minutes sans histoires. Ce rendez-vous à Agen devant au moins avoir le mérite de permettre au Néo-Zélandais de continuer son intégration dans sa nouvelle équipe, à condition que ses partenaires aient fait le métier au préalable…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Nicolas ZANARDI
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?