Vent de fraîcheur sur l’Usap

  • Avec la mise au repos de nombreux joueurs,  le jeune pilier Akato Fakatika sera sur la feuille de match face au quinzième du championnat.
    Avec la mise au repos de nombreux joueurs, le jeune pilier Akato Fakatika sera sur la feuille de match face au quinzième du championnat. Midi-olympique - Michel Clementz
Publié le

Le staff Sang et Or a fait le pari d'effectuer un turnover important lors de la réception de Valence-Romans. Plusieurs jeunes joueurs devraient être alignés.

Ce n’est pas faute de le répéter, partout, tout le temps : le Pro D2 est un véritable championnat marathon, où, pour aller loin, les formations les plus ambitieuses ont tout intérêt à ménager leurs montures. Au lendemain d’un succès important décroché sur la pelouse de Soyaux-Angoulême, et à une semaine d’un gros déplacement à Oyonnax, le staff catalan a décidé de mettre au repos certains de ses hommes forts. Face à Valence-Romans, ce vendredi, l’Usap alignera une équipe expérimentale. Très utilisés depuis le début de la saison, le deuxième ligne Shahn Eru, le pilier droit Davit Kubriashvili, le troisième ligne Genesis Mamea Lemalu et l’ailier George Tilsley ont notamment été mis au repos. Blessés, Patricio Fernandez, Ben Volavola, Matteo Rodor, Tom Écochard, Karl Chateau, Alan Brazo, Piula Fa’asalele, ou encore Siua Halanukonuka manqueront également à l’appel. Au total, l’Usap se passera de plus d’une dizaine d’éléments face au VRDR. Mais le club sang et or a de la réserve, et il a décidé de le prouver. Pierre Reynaud, Ugo Mas, Akato Fakatika, Baptiste Plana ou encore le néophyte deuxième ligne Nafi Ma’afu… la formation catalane sera à l’honneur face au quinzième de Pro D2. Un pari assumé. « Ce sont des périodes compliquées, avec pas mal de petits bobos à gérer. Et puis on se doit de donner du temps de jeu à nos jeunes aussi, en prévision des joutes à venir. Il faut se projeter, garder notre efficacité pour la fin de saison, avec des blocs très durs qui arrivent notamment. Si on veut être compétitif, il faut ouvrir notre groupe comme nous le faisons en ce moment », explique Patrick Arlettaz.

L’ombre des quotas JIFF

Dans le vestiaire, aussi, ce turnover volontaire semble faire l’unanimité. « C’est souvent la même équipe qui joue depuis le début de la saison, ça va nous apporter de la fraîcheur, de l’envie. Il y a des mecs qui n’ont pas joué depuis un moment, qui sont au niveau et qui amènent autre chose. Ça fait toujours du bien de renouveler un peu le groupe et la concurrence. Ça fait du bien à tout le monde et ça va faire du bien à l’équipe pour la fin de la saison », assure Jean-Bernard Pujol. Pour la formation roussillonnaise, cette cure de jouvence soudaine cache en réalité un autre impératif : l’obligation de satisfaire aux quotas JIFF sur l’ensemble de la saison 2020-2021. À l’aube de la 21e journée de championnat, l’Usap est en deçà de la moyenne de seize jeunes issus de la formation françaises alignés en moyenne par feuille de match. « C’est une problématique importante », concède Arlettaz. « Avec la blessure de Charles (Géli, N.D.L.R.) il y a quelques mois, l’arrêt de carrière de Terry (Philippart) aussi… on a dû aligner des joueurs non-JIFF. Nous ne sommes pas plus en retard que ça, mais si on veut se projeter sur les phases finales sans aucune problématique, en alignant l’équipe que nous souhaitons, il faut y penser dès aujourd’hui et anticiper », conclut le manager catalan. Dans l’immédiat, la réception de Valence-Romans pourrait permettre à certains de tirer leur épingle du jeu.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Émilien VICENS
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?