Grenoble est parti du mauvais pied

  • Trop souvent pénalisé, le FCG n'a pas réussi à ramener un petit quelque chose de Biarritz
    Trop souvent pénalisé, le FCG n'a pas réussi à ramener un petit quelque chose de Biarritz Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Trop pénalisé et surtout défaillant dans son jeu au pied, le FCG n’a pas pu ramener quelque chose de ce voyage au Pays Basque.

À l’heure d’expliquer les raisons de la défaite du FCG, on aurait pu vous parler des trente premières minutes apathiques des Isérois ou des très nombreuses fautes commises par une équipe de Grenoble sanctionnée à plus de dix reprises, vendredi soir. Mais ce qu’on retiendra, surtout, c’est que les coéquipiers de Deon Fourie ont été trop défaillants dans leur jeu au pied pour espérer ramener des points d’Aguilera.

Loin de nous l’idée d’incriminer Jonathan Bousquet. Si l’arrière a manqué deux pénalités en fin de match (76e, 77e), les échecs font indéniablement partie de la vie d’un buteur et comme le soulignait à juste titre Pierre Gayraud : « Ce sont des choses qui arrivent, demain, il nous fera gagner. » Non, là où les Isérois ont péché, c’est surtout dans leur jeu au pied en première période. Sur le seul premier quart d’heure, on listait déjà un renvoi d’Enzo Selponi qui ne faisait pas dix mètres, une touche directe de Théo Nanette ou un coup de pied à suivre trop long d’Alaska Taufa. Plus tard, il y avait également une pénaltouche non trouvée par le demi d’ouverture de Grenoble, clairement passé à côté de son match.

Fourie : « Nous avons manqué de précision »

Une addition de petits détails qui, mis bout à bout, permettent d’expliquer le visage bien pâle du FCG sur le premier acte, le second ayant été bien meilleur. « La stratégie était d’occuper, de ne pas rester dans notre camp. Pour ça, il fallait qu’on ait un bon jeu au pied et pour le coup, ce secteur a été déficient, confirmait Lucas Dupont après la rencontre. Comme nous n’avons pas été assez performants dans ce domaine, ça nous a empêchés de mettre en place ce qui était prévu. »

Son capitaine Deon Fourie, abondait dans le même sens : « Ce n’est pas que nous n’avons pas été efficaces au pied, mais nous avons manqué de précision. » Et face à des joueurs comme Francis Saili, tranchant sur chacune de ses offensives ou Ximun Lucu, inspiré sur ses relances, les hommes de Stéphane Glas sont restés sous pression, ont encaissé des points et se sont donc inclinés. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo Ordas
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?