Rouen montre son vrai visage

  • Rouen montre son vrai visage
    Rouen montre son vrai visage Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les deux adversaires du soir n’avaient pas au coup d’envoi les mêmes objectifs. Rouen devant absolument prendre des points, tandis qu’Oyonnax se présentait avec une équipe remaniée.

Rouen avait donc mis sa meilleure équipe possible sur le terrain, alliant force et dynamisme, pour pouvoir apporter de la nuance en permanence. Et on peut considérer que, au moins sur la première mi temps, tout a marché à merveille.
Oyonnax n’a pas vraiment existé dans le premier acte, s’en remettant à la seule botte de Le Bourhis pour scorer, en n’arrivant clairement pas à proposer quelque chose de concret.
Rouen, de son côté, a su mettre de l’impact et de la vitesse, Nicolas profitant de ballons propres proposés par ses avants pour envoyer vite vers les trois-quarts, alliant combinaisons et vitesse, leur permettant d’aller à dam à quatre reprises (dont deux essais de Surano qui se rappellera longtemps de sa belle soirée). L’incontournable Bonnot « bien poussé par son collectif » signant le quatrième essai.

Premiers points de bonus en 44 matchs

Car, oui Rouen pauvre marqueur d’essais jusque-là a mis quatre essais à Oyonnax en… dix-neuf minutes. Si les Normands cherchaient encore leur mi-temps de référence, ils l’ont trouvée, et face à un top 6.
Bien sûr, on pourra toujours dire que le staff des Rouge et Noir avaient fait une large revue d’effectif, intégrant de jeunes joueurs dont certains honorés leur première titularisation (El Khattabi, et Van Wyk par exemple), et dont d’autres plus capés sont passés complètement à côté de leur match (Fall sorti à la mi-temps), mais malgré tout le rugby proposé dans les quarante premières minutes a été très pauvre.
D’ailleurs, on a vu de meilleures choses en seconde période, Joseph El Abd procédant à quatre changements, qui ont mis le coup de fouet nécessaire, Oyonnax rejouant dans l’avancée. Rouen cherchant de son côté à savoir s’il fallait continuer à jouer, ou gérer un score à leur avantage. On assiste alors à une période de flottement, mais c’est Michallet et Lydon qui tiennent la baraque, avec un jeu au pied de très bonne facture, tout au long du match, et servant à ne pas avoir la pression dans son camp. Oyonnax pousse en fin de match pour essayer de prendre au moins un point de bonus défensif, mais n’y parvient pas chutant sur un dernier en-avant à cinq mètres de la ligne.
Rouen peut exulter, prenant son premier point de bonus offensif en… 44 matchs de Pro D2.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Gaël LECOEUR
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?