Raka les a matés

  • Alivereti Raka a montré à Agen à quel point il pouvait être un joueur exceptionnel, créant des différences sur quasiment chaque ballon touché. C’est lui qui a mis son équipe dans le sens de la marche alors que tout restait à faire. La marque des grands.
    Alivereti Raka a montré à Agen à quel point il pouvait être un joueur exceptionnel, créant des différences sur quasiment chaque ballon touché. C’est lui qui a mis son équipe dans le sens de la marche alors que tout restait à faire. La marque des grands. Photo Vincent Duvivier - Photo Vincent Duvivier
Publié le

L’ailier international français Alivereti Raka a maintenu son équipe dans la partie en première période en réalisant une énorme prestation. 

Il avait été laissé au repos la semaine précédente. Le staff technique sentait que l’ailier Alivereti Raka avait besoin de souffler pour mieux travailler de son côté. L’international français a répondu face à Agen, en permettant à son équipe d’éviter une déconvenue. Car si le score final est lourd, les Clermontois n’en menaient pas large à la pause. Et sans un Alivereti Raka en grande forme, capable de franchir la défense agenaise sur un premier temps de jeu sur une accélération fulgurante, de faire la différence sur un raffut démentiel, de faire une offrande à Kotaro Matsushima, il n’est pas certain que les Auvergnats s’en seraient aussi bien sortis à Armandie.
 

La volonté agenaise effritée

Le manager de l’ASMCA Franck Azéma, peu satisfait du premier acte de ses hommes, était le premier à le reconnaître : « On a deux beaux mouvements initiés par Raka qui font la différence mais après nous n’arrivions pas à tenir le ballon et dominer la partie. Ce sont des essais que lui seul est capable de marquer. Il nous tient dans le match sur deux accélérations. »

Même constat chez l’ouvreur Camille Lopez : « S’il ne fait pas ses deux exploits, nous sommes à l’agonie… complet. On est 17 à 16 à la mi-temps et c’est un miracle. On sait que nous avons des joueurs talentueux dans l’équipe et ça fait du bien d’avoir des facteurs X comme ça. Et ça nous a bien servi aujourd’hui. »

Raka a semé la panique dans les rangs agenais en effritant la bonne volonté lot-et-garonnaise sur chaque ballon touché. Et même dans un stade vide, ses prises de balle s’accompagnaient de ce murmure venu des tribunes, ce souffle qui signifie que la menace est grande. « C’était bien, j’ai fait le boulot demandé en gagnant les duels pour faire avancer l’équipe », se contentait de répondre timidement le principal intéressé qui est revenu sur son absence face à Bayonne : « J’avais peut-être un peu de mal à me déplacer et j’ai travaillé là-dessus, pour essayer de me proposer un peu plus autour du numéro dix et du numéro neuf. »

Peu bavard en conférence de presse d’après-match, Alivereti Raka a offert la meilleure des réponses sur le terrain, en se montrant à son avantage quand le score était loin d’être acquis. « Il a joué d’autres matchs où il avait fait de bonnes prestations, poursuivait Camille Lopez, Mais c’est vrai qu’il a réalisé aujourd’hui sa meilleure de la saison mais il a aussi été suspendu et donc il n’a pas beaucoup joué. Forcément le retrouver à ce niveau-là c’est de bon augure pour l’équipe pour la fin de saison. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?