Toulon, deux de rechute

  • Toulon, deux de rechute
    Toulon, deux de rechute Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Privés de 19 joueurs, les Varois n’ont pas trouvé les ressources pour battre l’Aviron bayonnais. Une semaine après leur victoire prometteuse à Pau, les Toulonnais enchaînent une deuxième défaite à domicile.

L’avertissement rochelais (défaite 29-11) avait déjà fait mal à des Varois jusqu’alors intouchables à domicile, mais à la force d’une performance pleine de bravoure au Hameau (victoire 29-33), les Varois étaient parvenus à remettre l’église au centre du village, prouvant que même privés d’une quinzaine de joueurs, ils étaient capables de continuer à guerroyer avec n’importe quelle autre équipe du Top 14. Mais face à Bayonne, les Rouge et Noir ont rechuté. Moins saignants, étonnamment indisciplinés et dominés en mêlée fermée, les Varois n’ont cette fois pas réussi à faire sans les absents. Pourtant pas du genre à se cacher derrière les aléas d’une saison, Patrice Collazo ne pouvait cacher que sans 19 joueurs, dont 10 titulaires importants, il n’était cette fois pas parvenu à trouver la clé. « On joue sans 9, on joue sans 10. Ce matin, 20 mecs en moins… On fait avec les aléas du moment. C’est passé le week-end dernier, nous étions parvenus à solutionner le problème, mais pas ce soir. […] Les solutions ? Il faut les trouver en bricolant… On est les rois du bricolage. »

Sauf qu’en plus d’une préparation tronquée par les blessures, la Covid-19 et les internationaux, le club toulonnais a en plus dû se réinventer dès la 28e minute, suite à la commotion de son demi de mêlée, Méric. « Même si on a mis de l’attention, on est en recomposition perpétuelle. Déjà dans la semaine… Quand on attaque le match, on se dit « ça va la semaine est passée » et on part dans une configuration, mais on ne peut pas tout prévoir. On a la sortie d’Antho, puis celle de Théo Dachary, poursuivait Collazo. On change tout, toutes les 30 secondes. Alors j’aime bien changer les choses, mais parfois il faut que cela s’arrête. » 
La suite ? Elle s’écrira toujours à domicile, contre le Racing cette fois. Là, les Varois voudront mettre un terme à cette série de deux revers consécutifs à Mayol, ce qui ne leur était plus arrivé depuis… Août 2010, et des défaites contre le Racing et Bayonne (il y a bien eu deux défaites consécutives contre Clermont et Toulouse en 2016, mais les matchs s’étaient joués à Marseille et Nice). Vous dites que le challenge suffira à remonter les troupes ? On ne doute en tout cas guère que la semaine devrait être studieuse sur la rade, pour des Varois qui attendent impatiemment la fin de l’orage. 

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
PIERRICK ILIC-RUFFINATTI
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?