Lhermet : « L’enquête interne est une farce »

  • Lhermet : « L’enquête interne est une farce »
    Lhermet : « L’enquête interne est une farce » Icon Sport - Dave Winter
Publié le

Jean-Marc Lhermet - Elu au comiteur directeur de la FFR - L’opposant à la gouvernance fédérale a la main lourde sur la gestion de crise.

Que vous inspire la situation actuelle autour du XV de France ?

Avant tout, un sentiment de gâchis. On avait une équipe de France qui, après des années de disette, recommençait à gagner. Elle donnait de l’espoir à tous ceux qui aiment ce sport, avec des résultats positifs et qui reposent sur une génération exceptionnelle. Il faut que cette équipe hors norme s’exprime au sein d’un cadre d’exception. Avec la gestion de cette crise, on s’aperçoit que c’est tout l’inverse. Aujourd’hui, tout ce travail est anéanti par cette affaire. Encore une fois, le rugby offre une image déplorable. C’est ce qui donne la sensation d’un énorme gâchis. Et des inquiétudes. Quand on n’est pas capable de gérer sereinement une bulle sanitaire de huit semaines, on peut s’interroger sur la capacité à organiser une Coupe du monde.

Ce sont aujourd’hui deux gouvernances totalement dissociées, deux méthodes très différentes.

C’est vrai, le projet France 2023 n’est plus mené par la FFR. Et heureusement. Mais le poids de la Fédération reste important. Les deux entités ne sont pas aussi dissociées qu’on veut bien le dire.

Sur l’affaire de la bulle, que reprochez-vous concrètement aux dirigeants ?

Bernard Laporte laisse croire que la flambée du virus est incontrôlable. Pourtant, d’autres la gèrent très bien. Les autres nations, les clubs de Top 14 et de Pro D2, les clubs d’élite féminine et de la Nationale. Le Tournoi tennis en Australie, la NBA… Gérer une bulle de huit semaines ne me semble pas être quelque chose de terriblement exceptionnel. Cela demandait juste de l’exigence et de l’organisation. Laporte s’est engagé fortement auprès de la ministre sur un protocole strict, il a promis une Fédération exemplaire. Une fois de plus, ce ne sont que des mots. Mais ce n’est pas une surprise.

Que voulez-vous dire ? 

Cela confirme ce que l’on savait déjà de cette gouvernance : elle parle beaucoup, elle crie très fort mais les actes ne sont jamais à la hauteur. Leur légèreté, leur incompétence ne sont pas nouvelles mais cette fois, elles gâchent des espoirs énormes autour de cette équipe de France. Comment ont-ils pu se tirer une telle balle dans le pied ? C’est inconcevable.

Vous siégez au comité directeur de la FFR : avez-vous été consulté au sujet du protocole sanitaire, avant sa validation ?

Non, pas du tout. Mais qu’on soit très clair : nous ne sommes consultés sur rien, aucun sujet. La gestion de la FFR repose sur un bureau fédéral, soit quelques personnes. Et au sein de ce bureau, ce sont en fait Bernard Laporte et son Covid manager qui prennent toutes les décisions. Seuls.

Vous ne citez pas le Covid Manager, mais vous parlez de Serge Simon….

Il a tellement de casquettes…

Une enquête interne a été demandée par le ministère : qu’en attendez-vous ?

Il est normal que la ministre demande des comptes. Elle a donné sa confiance à Bernard Laporte pour que l’équipe de France puisse participer au Tournoi des 6 nations. La confiance d’une ministre, c’est quelque chose de lourd. Roxana Maracineanu s’est engagée personnellement pour alléger les contraintes qui s’appliquent à tout le monde, à tous les citoyens. Elle l’a fait en contrepartie d’engagements forts. Et ces engagements n’ont pas été respectés : quatre clusters autour des équipes de France, ce n’est pas rien ! Cela nécessite évidemment une enquête. Si des manquements sont avérés ou pire, des mensonges, il faudra des sanctions fortes. Mais saura-t-on la vérité, dans cette affaire ?

Pourquoi ne la saurait-on pas ?

Qui met-on pour mener cette enquête ? Si c’est une enquête interne menée par Bernard Laporte et Serge Simon, c’est une farce.

Ce sont des suspicions a priori, alors que ladite enquête n’a pas commencé.

Parce que c’est une enquête dans laquelle ils seront juges et parties. Quand on voit que Bernard Laporte minimise tout, il y a de quoi s’inquiéter. Quand on voit la façon dont il intimide les joueurs et le staff pour créer une forme d’omerta, ou l’intimidation dont il use sur des journalistes à la radio, je m’interroge sur les conclusions d’une enquête interne qu’il commandera lui-même. Pourtant, il serait nécessaire de connaître la vérité dans toute cette affaire. Cela éviterait des rumeurs, des non-dits, des mensonges.

La FFR ne sera pas seule sur cette enquête : elle sera épaulée de l’ARS (agence régionale de santé) qui, elle, est indépendante.

Il y avait moyen d’aller plus loin que l’ARS pour une enquête indépendante. Certains services du ministère sont habilités pour ces situations. L’inspection générale, par exemple.

Fabien Galthié est ciblé comme celui qui pourrait avoir rompu la bulle : doit-il démissionner ?

Je trouve son cas plus grave encore. Si, effectivement, ce qui se raconte et s’écrit sur lui est prouvé par l’enquête… (il marque une pause) Galthié a érigé les règles de vie de son groupe en principe fondamental et non négociable de son management. S’il est avéré qu’il a lui-même bafoué ces règles, cela va générer une cassure avec le groupe. Ces aventures de groupe, avec un objectif ambitieux comme celui de triompher en 2023, reposent sur la notion de confiance. C’est le liant. Si Fabien Galthié a fait des erreurs et qu’en plus, il continue de les nier comme il le fait jusqu’à présent, ce sera très grave pour le groupe. Le mensonge est destructeur.

L’autre personne dans le viseur est Serge Simon, désigné « Covid manager » et responsable de la mise en place du protocole sanitaire.

Il devrait être en première ligne. Il est vice-président de la FFR et « Covid manager » : la mise en place des protocoles sanitaires, c’était sa mission. Jusqu’ici, Serge Simon, on l’a beaucoup entendu à la recherche du patient 0. Moi, je retiens surtout sa gestion 0. Et pour l’instant, il laisse son président sur le devant de la scène. Laporte le protège. Pourtant, le responsable, c’est lui. Si la bulle sanitaire est devenue un gruyère sanitaire, c’est sa responsabilité. Si le protocole a failli, c’est que Serge Simon a failli. Qu’il rende des comptes.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Léo Faure
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (2)
neotaist Il y a 1 année Le 04/03/2021 à 11:36

de toute façon, deux charlatans à la tête de la FFR ne pouvait donner que ce résultat, de plus, j'ai bien l'impression qu'avec cette histoire la belle envolée du XV de France ai pris un sérieux coup de frein et que le grand chelem ne soit plus d'actualité cette saison !

jacquot12 Il y a 1 année Le 04/03/2021 à 11:54

Vous dites tout et son contraire dans votre propos. En effet, vous évoquez "deux charlatans" et un peu plus bas vous écrivez" ...la belle envolée a pris un sérieux couo de frein".
Comment deux charlatans peuvent-ils être à l'origine d'une belle envolée lorsque quelques années plus tôt, un super président et des supers managers avaient fait plonger le XV de France dans les oubliettes du rugby mondial. Vous ne repectez même pas la présomption d'innoncence en évoquant "cette histoire". Lhermet évoque déjà une farce pour l'enquête interne. Il est comme vous, quoiqu'il puisse être fait il faut que Galthié et les deux "charlatans" soient coupables d'office. Belle mentalité qui n'est pas prête de s'éteindre; comment feront-ils à l'approche du mondial. Et comme bizarrerie suppkémentaire un livre d'un manager évincé (qui n'avait fait que prolonger la descente aux enfers) sort en ce moment!!!