Castres veut confirmer l’embellie

  • Gaëtan Barlot reconnaît que la tâche sera difficile face à La Rochelle ce samedi.
    Gaëtan Barlot reconnaît que la tâche sera difficile face à La Rochelle ce samedi. Midi Olympique - Derewiany Patrick
Publié le

Le CO tâchera samedi de confirmer ses bonnes dispositions du moment et de faire oublier la claque reçue lors du match aller à Deflandre.

Nouvelle collision avec un cador pour le CO. Quinze jours après avoir perdu avec les honneurs sur la pelouse du surpuissant Racing 92 (23-20), le Castres olympique passera un nouveau test face à une très grosse écurie du championnat, à domicile cette fois.

C’est La Rochelle, dauphin du Stade toulousain, qui débarque à Pierre-Fabre. « On sort à peine d’un match contre une équipe du top 3 qu’il faut déjà se préparer à en recevoir une autre, détaille Gaëtan Barlot, de retour à l’entraînement avec son club. La Rochelle, comme le Racing, est une équipe de très haut niveau, composée de joueurs internationaux, de champions du monde… On se prépare à une très dure bataille. »

Pour ce premier match du mois de mars, les hommes du quatuor Darricarrère – Broncan – Reggiardo – Worsley pourront s’appuyer sur un bilan 2021 plus que positif. Séduisants dans le jeu, les Tarnais trouvent enfin la bonne carburation et engrangent de précieux points. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : depuis les vœux de bonne année, Castres a joué huit matchs, en a gagné cinq dont deux à l’extérieur, enregistrant la bagatelle de 23 points au classement. La comparaison avec la première partie de saison est éloquente car entre le lancement du Top 14 et la fin de l’année civile, Castres a joué dix fois, perdu six fois et pris seulement 16 points.

De fait, le CO qui se prépare à accueillir La Rochelle n’a plus rien à voir avec celui qui avait subi son plus lourd échec de la saison lors du match aller à Marcel-Deflandre.

Broncan : « Un gros combat »

D’ailleurs, l’évocation de cette claque est-elle de nature à piquer l’orgueil des troupes ? Même pas. Le staff technique assure ne pas s’être appuyé sur cette gifle monumentale pour préparer la réception des Rochelais. Il faut bien dire qu’à l’époque, le CO était au cœur de son épisode de Covid-19 et avait de bonnes raisons de ne pas pouvoir rivaliser, dans un « match pas forcément significatif », dixit Pierre-Henry Broncan. En ce funeste 17 octobre 2020, en effet, les Tarnais n’avaient même pas pu aligner 23 joueurs sur la feuille de match. Avec seulement 22 hommes aptes et après une semaine d’entraînement chaotique, ils avaient lourdement chuté, encaissant sept essais et plus de soixante points (62-3, score final).

Pour autant, même si le CO va (beaucoup) mieux, pas question de s’enflammer pour « PHB » qui sait tout des qualités de l’équipe adverse. « Comme le Racing, La Rochelle nous est supérieure sur le papier, explique l’entraîneur principal du CO. C’est une équipe du podium du championnat, on s’attend à un très gros combat samedi. D’autant plus que de notre côté, notre meilleur élément n’est pas blessé mais ne joue pas ! » Une référence à peine masquée à l’absence de supporters à Pierre-Fabre dont on sait que le soutien indéfectible rend l’expérience des adversaires du CO beaucoup plus difficile.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
David BOURNIQUEL
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?