Nevers doit se redonner de l’air

  • Joris CAZENAVE of Nevers  during the Pro D2 match between Beziers and Nevers at Stade de la Mediterranée on January 8, 2021 in Beziers, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Stade de la Mediterranee - Béziers (France)
    Joris CAZENAVE of Nevers during the Pro D2 match between Beziers and Nevers at Stade de la Mediterranée on January 8, 2021 in Beziers, France. (Photo by Alexandre Dimou/Icon Sport) - Stade de la Mediterranee - Béziers (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Les Neversois sont dans l’obligation de s’imposer à Rouen ce soir s’ils veulent conserver un petit matelas de points sous leur sixième place.

En trois matchs, l’USO Nevers rugby a pratiquement dilapidé ses économies de janvier (voir ci-dessous). Deux défaites à domicile face à Grenoble et Colomiers enchâssent un nul flatteur chez le leader vannetais, et voici la pression des phases finales qui retombe sur les épaules nivernaises avant un double déplacement périlleux à Rouen puis Carcassonne. "Il va falloir que l’on réagisse vite", insistait le capitaine Hugo Fabrègue jeudi dernier, quelques minutes après la sèche démonstration de réalisme columérin. Avec cinq points d’avance sur Grenoble et Montauban, les Neversois n’ont plus droit à l’erreur : "Il faut que tout le monde soit tourné vers la qualification. On va batailler jusqu’au bout pour rester dans les six", martelait le manager Xavier Péméja à l’issue de la petite leçon d’un Colomiers rugby plus mûr et plus agressif.

Un recrutement judicieux

Nul doute que la bluffante prestation des Rouennais face à Oyonnax, vendredi dernier, n’incite pas les Usonistes à relâcher la pression au sortir de leur enchaînement contre les épouvantails du championnat : "Rouen joue le maintien. Pour le club chaque match est à la vie à la mort. Tout le monde prend ce match très au sérieux. On a pris un petit électrochoc face à Colomiers, on se rend compte qu’on est loin d’être imbattable", assure Fabien Witz, deuxième ligne de 20 ans prêté à Nevers par le Racing 92 fin janvier pour repeupler un secteur ravagé par les blessures. Venu en bord de Loire chercher un temps de jeu inexistant au Racing et lors de son bref séjour à… Rouen il y a quelques mois, l’ancien Massicois a déjà été servi au-delà de ses espérances, avec quatre feuilles de match et trois titularisations aux côtés de l’autre renfort de janvier, Philip Du Preez : "On s’entend très bien, on est dans la même situation. On est là pour servir l’équipe." La série de trois matchs sans victoire ne déstabilise pas le jeune joueur, ni ses coéquipiers, affirme-t-il : "Forcément on se pose des questions mais on ne remet pas tout en question, car on a fait de bonnes choses face à Grenoble et Vannes. Ces matchs nous donnent encore plus l’envie de travailler ensemble et de s’en sortir ensemble. On est maîtres de notre destin et de cette fin de saison."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Sébastien CHABARD
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?