Des efforts basques vains…

  • Le joueur de l'Aviron Bayonnais, Peyo Muscarditz, à l'attaque
    Le joueur de l'Aviron Bayonnais, Peyo Muscarditz, à l'attaque Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Remis en selle par son succès à Toulon, Bayonne n’a pu investir sur cette performance. Lyon était supérieur. Mais l’aviron aurait pu glaner un point…

« Colère » a été le mot le plus employé par Yannick Bru lors de son intervention d’après-match. Colère après les errements défensifs lors des deux essais de Lyon en deuxième période et qui privent les bayonnais du point de bonus défensif. L’aviron n’a pas su faire fructifier son succès à Toulon. « Je suis déçu, c’est une lapalissade, et aussi en colère, rage le manager bayonnais. Tout en reconnaissant la supériorité de Lyon sur ce match, je pense qu’on aurait mérité de repartir avec un point. »

Le paradoxe de ce match se trouve dans le fait que Bayonne dominé, soit toujours resté en position de renverser la table. Miraculeusement, l’aviron vire en tête à la pause et n’est qu’à un point de Lyon jusqu’à quatre minutes de la fin. Dans son passé récent, les basques avaient déjà réussi à retourner des situations compromises. Mais la puissance et la vitesse des rhodaniens auront usé et eu raison de courageux bayonnais. « C’est embêtant au vu de l’investissement des gars, souligne Peyo Muscarditz. Ca se joue à des détails. On n’a pas eu trop de chance. Mais il faudra la provoquer à l’avenir et le maintien se jouera sur un rien. » 

Avec la victoire de Montpellier, la lutte pour éviter le barrage semble aujourd’hui se concentrer sur les Pyrénées-Atlantiques. Bayonne est à la lutte avec Pau. Pas si simple, relève le manager. « Il y a aura d’autres matchs après. Ca va être un coude à coude jusqu’à la fin de la saison. Il reste huit matchs (NDLR : pour Bayonne, sept pour les autres). Vous verrez qu’il y aura peut-être des surprises sur ces matchs qui restent. Mais c’est ce qui semble se dessiner pour l’instant. Ce qui nous importe c’est de repartir sur une très bonne semaine de travail qui sera, je l’espère, conclue par un très bon match de notre part. On n’a pas d’autre option que de préparer ce prochain match avec beaucoup d’envie. » L’aviron encore handicapé par de nouvelles blessures, Ducat, Ulugia, Ravouvou, Ordas, après celles de ses centres la semaine avant, recevra Agen pour mettre son calendrier à jour. 

Inutile de mettre davantage l’accent sur l’importance de ce rendez-vous !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Edmond Lataillade
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?