La victoire de l’espoir pour Soyaux-Angoulême

  • Gautier Gibouin, troisième ligne du Soyaux-Angoulême
    Gautier Gibouin, troisième ligne du Soyaux-Angoulême Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Les hommes de Vincent Etcheto ont mérité leur succès en Provence. Il leur permet de croire encore au maintien.

Les hommes de Vincent Etcheto avaient sans doute coché, depuis quelques semaines, ce rendez-vous en terre provençale. Ils connaissaient les enjeux de ce choc à neuf journées du verdict et un succès semblait capital pour rester dans la course au maintien. Gautier Gibouin et ses coéquipiers ont donc été exacts au rendez-vous proposant du jeu à l’envi, ne se refusant rien, n’ayant inévitablement rien à perdre sur ce match. Ils ont bousculé leurs adversaires les privant de ballons pendant une grande partie du match (71 % de possession en faveur des Angoumoisins).

Face à une équipe aixoise en plein doute, en manque de confiance, qui n’a pas pratiquement rien proposé, les Charentais se sont appliqués à aller jouer chez leurs adversaires et en les poussant à la faute. Mais également en alternant les schémas de jeu. Cette tactique a payé et les visiteurs ont gagné à 23 tant le banc a su apporter largement sa contribution à l’édifice. On pense naturellement à German Kessler, le talonneur remplaçant qui a inscrit deux essais après avoir suppléé Wayne Avéi. De quoi rendre heureux Vincent Etcheto à la fin des débats, qui ne pouvait rêver mieux comme cadeau d’anniversaire de la part de ses joueurs.

« Le contenu m’a plu ! »

« Oui c’est la victoire de l’espoir ! Car il nous restait une petite chance de rester en Pro D2 et il fallait gagner ce match-là à tout prix ! On l’a fait donc bravo aux joueurs qui sont allés chercher cette victoire. On aurait pu aussi le perdre ce match, ça s’est joué à rien. Mais on est allé le chercher donc félicitations aux joueurs. On a bien joué et on a gagné donc c’est parfait ! Il fallait transformer cette pression qui nous poursuit depuis pas mal de temps en pression positive. On s’accroche tous, pour le club, pour les joueurs pour le staff. Et cette victoire fait du bien face à une équipe qui est un peu dans le dur. On s’est appliqués à aller jouer chez eux, à ne pas faire d’erreur ! Notre charnière a fait un bon match, on a sorti les ballons rapidement pour jouer et ça a fonctionné ! Certes, je le répète, cette victoire se joue à rien mais le contenu m’a plu et c’est le principal. Maintenant, on reste fragiles, ne nous leurrons pas, il faut rester sur cette envie et s’atteler à rattraper notre retard du début de saison. » Un contraste saisissant avec la mine déconfite des Aixois qui ont enchaîné une sixième défaite consécutive et un neuvième revers en dix rencontres ! Une situation qui plonge forcément le club aixois dans la crise. Charles Malet, le troisième ligne de Provence rugby semblait abattu et résigné à la fin de la rencontre. « Il faut balayer cette défaite ! Il faut surtout que l’on reste soudé et que l’on soit animé par une opération maintien qui est très importante pour le club. On ne peut pas lâcher des matchs comme ça ! Il faut encore se resserrer. À Briançon en stage au début de la semaine, on s’est ressoudés mais, hélas, après sur le terrain, ça ne fonctionne pas comme l’on veut ! Il faut surtout ne rien lâcher dans cette période difficile et il va falloir être soutenu jusqu’au bout ! On manque de précision dans certains secteurs, dans des petits détails et ça ne pardonne pas à ce niveau-là ! »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Denis Ghigo
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?