Le vaisseau fantôme des Rochelais

  • Jeremy Sinzelle (Stade Rochelais)
    Jeremy Sinzelle (Stade Rochelais) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Deuxième défaite consécutive pour des Rochelais absents des débats pendant une heure. Les vacances devraient faire du bien.

Au temps où l’on pouvait s’entasser derrière une main courante, on se serait gausser des passes de maçon et des briques que les Rochelais se sont envoyés pendant une grosse heure sur la pelouse de Castres. Une passe trop haute, une autre trop forte, une dans les chaussettes sans oublier celle destinée à l’arbitre de touche. Rien ne semblait fonctionner dans le collectif rochelais, à tel point que l’on pouvait se demander si les Maritimes n’évoluaient pas pour la première fois ensemble, tant les erreurs techniques ressemblaient à celles généralement constatées lors d’un match amical disputé au début du mois d’aôut. « Ce n’était pas le vrai Stade rochelais, reconnaissait le manager Jono Gibbes, Tout le monde est déçu de l’image que nous avons montré ce soir. » L’image d’une équipe complètement absente pendant une heure, toujours en retard et effectivement méconnaissable face à la pression défensive castraise. « Nous n’avons pas été assez précis, c’est un constat évident pour tous les gens qui ont vu ce match. Nous n’avons pas réussi à mettre Castres sous pression. On a manqué de contrôle, de timing et de confiance. Toutes les choses que nous avons fait bien pendant longtemps, nous ne les avons pas vues aujourd’hui. » À l’image de Jono Gibbes, l’ensemble des Rochelais espéraient que cette défaite n’était qu’un accident de parcours, même si c’est la deuxième consécutive après celle à domicile face à Toulouse. « Deux défaites consécutives, c’est arrivé à d’autres, soufflait l’expérimenté Romain Sazy, Tout le monde peut s’en remettre donc j’espère que l’on s’en remettra, en tout cas, on va tout faire pour. Il y a bien sûr de la frustration, ça va nous remuer dans la tête pendant les vacances et c’est tant mieux, sinon, il y aurait du danger à se contenter d’un revers de sept points. Il n’y a pas eu de sourires à la fin du match. » 

Des vacances qui tombent à pic

Et même si personne ne voulait se cacher derrière une certaine usure physique alors que les Maritimes n’ont jamais pu souffler depuis le mois d’octobre, il faut bien reconnaître que la semaine de vacances arrive à point nommé comme le reconnaissait Arthur Retière, un des rares rochelais à son niveau à Pierre-Fabre : « On s’est fait tirer les oreilles à la pause, car nous n’avons pas du tout joué notre jeu et on ne s’est pas vraiment envoyé. On est la seule équipe à ne pas avoir de coupure donc ça va nous faire du bien et on va se concentrer sur la suite. On va souffler. Je pense que la pause arrive au bon moment et ces soixante premières minutes peuvent nous servir car il ne faudra surtout pas les reproduire. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?