L’enseignement du week-end : un duel entre « 64 » pour le rang 12

  • La Section paloise de Jesse Mogg et l’Aviron bayonnais d’Aymeric Luc vont lutter jusqu’au bout pour éviter la treizième place, synonyme de barrage.
    La Section paloise de Jesse Mogg et l’Aviron bayonnais d’Aymeric Luc vont lutter jusqu’au bout pour éviter la treizième place, synonyme de barrage. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Un duel entre Pau et Bayonne se dessine pour éviter la treizième place synonyme de barrage. 

Et si le duel le plus serré de cette fin de Top 14 était interdépartemental ? À sept journées de la fin, on imagine bien un sacré mano a mano entre les Basques de Bayonne et les Béarnais de Pau. L’enjeu ? éviter la place de treizième synonyme de barrage contre une équipe de Pro D2, finaliste, chez elle… Agen est sûr de son triste sort et Montpellier par sa victoire face à Clermont a pris un peu d’oxygène. Les Héraultais ont désormais cinq points d’avancer sur Pau, et six sur Bayonne. Ils ne sont pas encore tirés d’affaire, mais on les sent un peu mieux lotis.

Entre la préfecture et la sous-préfecture des Pyrénées-Atlantiques, il n’y a qu’un point de différence, mais attention pas le même nombre de matchs à disputer. Bayonne a encore un match en retard à « purger ». Ce sera contre Agen samedi prochain à 14 h 45.  L’Aviron a donc encore huit occasions de s’arracher, contre sept pour les Palois. Et si cet argument a encore un sens en temps de Covid, on notera que Bayonne a encore cinq réceptions contre seulement trois pour la Section.

Pau - Bayonne le 17 avril

Sans faire injure à Agen, on peut tabler sur une victoire de l’Aviron samedi, ce qui le ferait passer au rang 12 avec 34 ou 35 points. Avec derrière, une nouvelle réception, mais face au terrifiant Racing cette fois. Les hommes de Yannick Bru avaient donc une séquence de trois matchs à domicile devant eux, mais ils ont gâché une précieuse cartouche en perdant à domicile contre Lyon samedi, en marquant zéro point en plus… Pau s’est fait du mal aussi en revenant à vide de Bordeaux alors que la physionomie du match lui a été plutôt bénéfique.

Mais attention, dans deux journées le 17 avril, les deux équipes vont se rencontrer au stade du Hameau. Un vrai duel au couteau, irrespirable, qui fait les affaires de Montpellier justement. Les Palois vivront forcément cette rencontre comme une petite finale. Eux qui sont si fragiles à domicile cette saison. Ils ont déjà perdu six fois au Hameau et ont concédé un match nul.
La première confrontation entre les deux rivaux a eu lieu le 16 janvier. À Jean-Dauger, les Palois l’avaient emporté 23-22 grâce leur mêlée et deux essais de Votu et Le Bail. On avait dit sur le moment que ce match avait sanctionné le manque de rythme des Bayonnais qui n’avaient plus joué depuis un mois à cause du Covid. Un clin d’œil du destin pour les Béarnais peut-être…
Cette lutte prend un tour épique puisqu’elle va opposer un fils, Lucas Rey, capitaine et talonneur de Pau, à un père Joël Rey, entraîneur adjoint de l’Aviron depuis 2017 (après avoir porté les couleurs de la Section comme joueur et entraîneur). L’un pourrait faire descendre l’autre.

Si l’on cherche à comparer le tableau des deux protagonistes, on note que les Palois doivent eux aussi affronter un Agen vierge de victoires. Mais ce sera à Agen, le 8 mai, et les Palois sont persuadés que les Lot-et-Garonnais ont coché ce match comme celui de la dernière chance de ne pas finir le championnat fanny. À noter que si le troisième protagoniste, Montpellier venait à musarder en route, il aurait jusqu’au bout son destin entre ses mains puisque pour les deux dernières journées, ils recevront… Bayonne avant de terminer à… Pau.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?