Les clubs vont-ils rembourser les abonnés ?

  • Les clubs vont-ils  rembourser les abonnés ?
    Les clubs vont-ils rembourser les abonnés ? Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Avec la perspective d’une saison complète à huis clos, quelle va être la politique des clubs envers leurs abonnés ? Seront-ils remboursés au risque de plonger un peu plus les clubs dans une crise économique ? 

Ce qui semblait être une chimère en début de saison peut (ou va) devenir une réalité : à savoir une saison quasi complète sans public. Tant et si bien qu’à Toulouse, à Clermont en Top 14 ou même à Vannes ou Grenoble en Pro D2 par exemple, des abonnés commencent à demander à être remboursés. L’an passé, la plupart ainsi que les partenaires, gros consommateurs d’hospitalités, avaient consenti à « lâcher » les derniers matchs qui n’avaient pas pu se dérouler pour cause de confinement. Il n’y avait eu, que ce soit en Top 14 ou en Pro D2, que peu de remboursements, les clubs proposant très souvent un avoir sur l’abonnement de la saison suivante.

Les clubs vont-ils  rembourser les abonnés ?
Les clubs vont-ils rembourser les abonnés ? Midi-Olympique - DR

Cette année, après 19 journées disputées en Top 14, le retour du public n’est toujours pas programmé. Déjà en manque de recettes, les clubs vont-ils être contraints de rembourser leurs abonnés et leurs partenaires privés d’hospitalités ? En octobre dernier, Didier Lacroix, le président du Stade toulousain, tirait le signal d’alarme chez nos confrères du Figaro. « Nous avons 6 600 places prévendues depuis début août. Elles se décomposent entre 4 100 abonnés, qui représentent 1,5 million d’euros de contre-valeur financière, et 2 500 places pour les partenaires, avec des hospitalités, pour 9,5 millions d’€. Soit 11 millions d’€ au total », indiquait-il, ajoutant que si rien n’était fait, son club serait en « cessation de paiement en janvier.  » Six mois plus tard, le club champion de France a été l’un des premiers à toucher l’aide de l’état que doit se partager l’ensemble des clubs professionnels pour combler ce préjudice et qui s’élève à près de 40 millions d’euros au total. La DNACG, le gendarme financier de la LNR, a d’ailleurs, ces derniers jours, commencé à sonder les différents clubs pour connaître leur politique car pour chacun d’entre eux, les abonnés pèsent entre 5 % et 15 % de leurs recettes, sans compter les ventes indirectes qu’ils génèrent que ce soit en merchandising ou aux buvettes les jours de match.

La loi ne les oblige pas à un remboursement sec, mais ils peuvent proposer un avoir valable 18 mois. C’est ce qu’avait justement fait le Stade toulousain, qui, selon nos informations, n’a pas encore prélevé le moindre centime à ses abonnés qui avaient renouvelé leur carte cette année. Si pour les simples abonnés, l’équation ne semble pas compliquée à résoudre, en revanche, pour les partenaires, il en va autrement. Les sommes ne sont pas les mêmes (près de 50 % des recettes pour un club de Pro D2) et la fibre affective est plus délicate à activer. Le président de Colomiers et du syndicat des clubs professionnels (UCPR), Alain Carré, en convenait : « Personnellement, on discute au cas par cas. Pour nos abonnés, nous avons fait une visio avec des représentants de supporters et d’abonnés, mais pour les partenaires, on discute de gré à gré. Si pour les partenaires maillots, du fait de la belle exposition télévisuelle, ils ont eu une véritable visibilité, pour nos petits sponsors, je comprends que la situation soit délicate et s’il faut rembourser on le fera. »

Les clubs du Top 14 étudient les scénarios possibles pour leurs abonnés
Les clubs du Top 14 étudient les scénarios possibles pour leurs abonnés Midi-Olympique - DR

À Toulon, les prélèvements interrompus dès les premiers huis clos

Malgré une fin de saison 2019-2020 précipitée par la Covid-19, les supporters toulonnais avaient répondu présents au moment de s’abonner pour l’exercice 2020-2021. Résultat, pas moins de 5 000 fidèles avaient fait le choix de s’abonner ou de se réabonner au stade Mayol, bien que le contexte sanitaire apparaissait encore précaire à l’été dernier. Sauf que ce qui devait arriver arriva, et le 23 octobre au soir, après une victoire de leurs protégés contre Castres, les supporters toulonnais n’étaient plus autorisés à se rendre à Mayol. Face à cette problématique des abonnements, les dirigeants toulonnais ont pris la décision d’immédiatement couper les prélèvements des abonnés ayant choisi un paiement mensuel. Concernant les abonnés qui avaient fait le choix du comptant ? « Un remboursement (au prorata des rencontres qui n’ont pas eu lieu, N.D.L.R.) sera proposé. La raison : nous avons déjà demandé une solidarité qui a largement été suivie la saison dernière. Bien entendu nous serions sensibles à recevoir de nouveaux gestes solidaires de nos abonnés mais on se doit de respecter nos engagements du début de saison qui étaient ceux-ci  », nous confiait la direction du club ce dimanche. Avant de reprendre : « Nos abonnés ont manifesté un soutien sans faille durant cette période et nous nous devons d’être respectueux envers eux, en espérant pouvoir partager très vite de nouvelles émotions avec nos abonnés, et l’ensemble de nos supporters… »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre-Laurent Gou et Pierrick ILIC-RUFFINATTI
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?