Grenoble : les montagnards sont là !

  • Les montagnards sont là !
    Les montagnards sont là ! Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Auteurs d’un septième succès en neuf matchs en 2021, les Isérois sont parvenus à décrocher sur le fil un bonus offensif synonyme de retour dans le top 6, encore inimaginable à Noël.

Il ne manquait que le public, au vrai, pour que le décor soit parfait. Parce que la neige saupoudrait délicieusement les cimes du Vercors et de Belledonne sous un fin voile nuageux, parce que la Bastille brillait de mille feux en surplomb du stade des Alpes, parce que tous les diffuseurs du monde ne feront jamais mieux que le dimanche à 15 heures. Mais surtout, à l’évidence, parce que l’affiche sentait la poudre, exacerbée par les Grenoblois par voie de presse au matin du match. Alors, pendant 80 minutes, il s’agissait d’assumer. Et de ce strict point de vue, les Isérois ne se sont pas trahis, soucieux dans le sillage de Deon Fourie de laver les affronts subis au match aller. « On attendait ce match de pied ferme, souriait le capitaine Steeve Blanc-Mappaz. Je trouve qu’on a bien progressé depuis, notamment dans notre gestion de temps faibles. » « On a manqué d’efficience dans notre rugby, déplorait de son côté l’entraîneur columérin Julien Sarraute. Il y a eu trop d’approximations de notre part en conquête et dans la stratégie pour espérer mieux lorsque nous sommes revenus à -2, à 15 contre 14. Tout n’est pas à jeter, mais on a bien vu que nous devions encore progresser dans beaucoup de secteurs pour être performant dans une rencontre qui se rapprochait d’un match de phases finales. »

Cette rencontre ? Elle bascula finalement à la 70e, sur une interception d’Ange Capuozzo. Au même endroit où, dans la même situation quarante minutes plus tôt, Alexis Palisson avait été fauché par une cuiller de Corentin Glénat. Une anecdote qui n’en est pas vraiment une, tant elle souligne la détermination supérieure de Grenoblois, qui combattent depuis le début de l’année avec l’énergie de ceux qui ont vu la mort de près. « Ces actions, c’est toujours à quitte ou double, souriait l’arrière du FCG. On a un système de défense où on cherche à fermer les extérieurs, ça nous amène parfois à prendre ce genre d’initiative. Quand ça marche, c’est tout bon. »

« Nous serons dans les 6 à la fin »

D’autant plus lorsque pareil exploit ouvre la voie à un bonus offensif que tout un club espérait de ses vœux, sans oser le prononcer… Jusqu’à ce que Steeve Blanc-Mappaz, en capitaine plus que jamais exemplaire, vienne rompre le silence à trois minutes de la fin. « Le tournant, c’est cette touche dans nos 22 mètres avant laquelle Steeve nous a rassemblés, expliquait le centre Adrien Séguret. Il nous a réunis et nous dit : « Maintenant, les gars, on va chercher le bonus ». On l’a dit et on l’a fait, en annonçant derrière une combine qui fonctionne. C’est le signe d’une équipe qui retrouvé la confiance… » À tel point que, désormais officiellement revenu dans le top 6, le FCG n’hésite plus à rêver tout haut. « Ces dernières saisons, on a souvent fait de très bons débuts avant de connaître des difficultés à partir de l’hiver, rappelait l’entraîneur des avants Sylvain Bégon. Mais l’important, c’est de bien finir… Et vu l’état d’esprit des mecs, leur volonté de ne rien lâcher, je suis persuadé que nous serons dans les 6 à la fin de la saison. » Une mission qui passe désormais par Mont-de-Marsan, où les Isérois souhaitent se rendre bille en tête pour clôturer leur semi-marathon de dix matchs consécutifs. « On a assez galéré depuis le début pour ne pas apprécier ce moment, mais il faut vite basculer sur le déplacement à Mont-de-Marsan pour prolonger notre dynamique, rameutait Blanc-Mappaz. Après, on sera en vacances et on pourra se permettre de souffler.  » Y a plus qu’à…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?