Séguy, le salvateur de Carcassonne

  • Romuald Séguy, le demi d'ouverture de Carcassonne, a permis à son équipe de gagner grâce à une pénalité en fin de match.
    Romuald Séguy, le demi d'ouverture de Carcassonne, a permis à son équipe de gagner grâce à une pénalité en fin de match. Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Mené (12-14) à l’ultime minute, Carcassonne s’est imposé grâce à une pénalité salvatrice de Romuald Séguy.

Il est aux alentours de 20h40, le chronomètre du stade Albert-Domec a avalé soixante-dix-neuf minutes. À une minute du terme de la rencontre, Aurillac à la faveur du tableau d’affichage (14-12) et tient sa seconde performance à l’extérieur.

À hauteur des 40 mètres cantalous, Carcassonne hérite d’une touche, le lancer de Raphaël Carbou est fluide, le sauteur Chris Van Der Merwe capte à merveille l’offrande de son talonneur, le pack audois enclenche alors la marche avant et fragilise son rival du soir. Sur cette ultime action, le droitier cantalien, Tim Daniel est en position illicite. Le directeur de jeu, Adrien Marbot ne peut que sanctionner l’infortuné pilier aurillacois. Carcassonne se voit offrir une balle de match. À 40 mètres des poteaux d’Aurillac, le buteur Romuald Séguy n’hésite pas une seule seconde, il montre les poteaux. Moins d’une minute après, son ultime coup de pied est couronné de succès.

Carcassonne décroche son neuvième succès de la saison au forceps (15-14) et se hisse par la même occasion à la dixième place. Quelques minutes après sa pénalité salvatrice, Romuald Séguy avoue : « Sur la dernière pénalité, j’ai fait le vide. Il y a trois semaines à Perpignan, j’ai manqué la pénalité qui allait nous offrir le point du bonus défensif. Vis-à-vis du groupe, je voulais me racheter. Après ce succès, on peut s’autoriser à vivre une fin de saison plus sereine. Que ce fut dur ce soir ! »

Carcassonne : coaching gagnant

Si Carcassonne savourait un succès tiré par les cheveux, Aurillac avait de bonnes raisons d’être frustré d’autant qu’à la 72e minute, l’ouvreur remplaçant, Thomas Salles a manqué la balle de match des 22 mètres en coin. Sa pénalité a flirté avec le poteau gauche. « Nous perdons un match que nous devons remporter. On ramène un point mais au regard de notre investissement, nous ne sommes pas récompensés. Nous avons contré Carcassonne sur leurs points fort : la conquête, autour des rucks. Malheureusement, le match a duré une minute de trop », analyse, l’ailier aurillacois, Albert Valentin auteur de l’unique essai de la rencontre.

Carcassonne ne doit pas qu’une fière chandelle à son buteur, le banc a amené un second souffle. « Le coaching a été une des clés de notre victoire, fait remarquer Mathieu Cidre, le coach des avants. Le pack aurillacois nous a posé de sérieux problèmes. Le banc a apporté de la fraîcheur et changé la physionomie de cette fin de rencontre. »

La fraîcheur, Carcassonne doit la retrouver avant jeudi à l’occasion de la réception de Nevers. Les hommes de Christian Labit vont enchaîner une neuvième rencontre consécutive, les organismes commencent à être éprouvés. Vivement la trêve !

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
David Navarre
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?