Valence-Romans peut enrager

  • Valence-Romans peut enrager
    Valence-Romans peut enrager Icon Sport - Icon Sport
Publié le

C’est sur l’endurance que les Drômois se sont fait cueillir par les Biarrots. Pourtant bien entrés
dans la rencontre, ils encaissent au final un score lourd qui fait mal aux têtes.

Après avoir empoché un point de bonus défensif la semaine précédente à Perpignan, les hommes de Johann Authier se devaient de poursuivre sur leur lancée pour entretenir l’espoir. C’est conquérants et dominateurs que les Drômois faisaient leur entrée sur la pelouse de Pompidou en inscrivant les premiers points de la rencontre grâce à la botte magique de Chouvet, auteur de 17 points au total dans cette rencontre. Malgré une défense solidaire de Valence-Romans et un vent contraire, ce sont les Biarrots qui allaient s’offrir les deux essais de cette première rencontre, le premier à la suite d’une mauvaise réception drômoise et le second plus que litigieux… Qu’importe Biarritz virait en tête à la mi-temps 9-13.

57 minutes et bien s’en vont…

Remobilisés, les Drômois entamaient le second acte comme un boulet de canon recollant rapidement au score jusqu’à virer en tête après un essai rondement mené de Sawailau. Le plus dur restait alors à faire face à une équipe expérimentée loin de se laisser abattre si facilement. C’est une penaltouche inspirée qui allait remettre à flot les Barriots profitant d’un essai de pénalité et privant par la même occasion les Drômois d’un joueur (Bahraoui). Réduits à 14 contre 15, difficile de rivaliser face à la troisième équipe du championnat, finalement auteure de pas moins de trois essais en deuxième période (six au total), empochant ainsi le point de bonus offensif.

« On craque car on laisse tellement d’énergie »

C’est forcément affectés que l’on retrouvait les Damiers à l’issue de ce match d’autant que leur concurrent direct Soyaux-Angoulême s’offrait dans le même temps une victoire folle en Provence. « Oui c’est compliqué ce soir, on a fait une bonne première mi-temps même si on ne se retrouve pas avec un score prononcé. Au final ils ont fait la différence dans les zones de rucks et nous n’avons pas su rivaliser sur la longueur. C’est une défaite lourde à encaisser. C’est simple soit on s’enterre et la saison va devenir très longue, soit on se dit qu’on n’a plus rien à perdre, on relève la tête et on se bat avec nos armes ! » confiait Lucas Chouvet. Aussi marqué, Johann Authier le boss du sportif ne mâchait pas ses mots : « Je suis abattu ce soir, prendre 40 points chez soi ça me tue… On a été trop friables mentalement, on n’a pas été capable de résister aux assauts. Ce championnat de Pro D2 c’est du haut niveau, il faut être prêt à faire la guerre, à se faire mal, il faut tenir à 200 % pendant 80 minutes surtout face à une du calibre de celle de Biarritz. On craque car on laisse tellement d’énergie. Tout n’est pour autant pas à jeter, mais oui j’ai mal à la tête ce soir. »

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Justine DREVAIT
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?