Un contexte explosif à embrasser

  • La discipline sera une des clés du match face Aux anglais, d’autant plus qu’Andrew Brace sera au sifflet et qu’il existe un passif entre lui et le XV de France.
    La discipline sera une des clés du match face Aux anglais, d’autant plus qu’Andrew Brace sera au sifflet et qu’il existe un passif entre lui et le XV de France.
Publié le , mis à jour

Les deux équipes, conscientes de leur propension à Fauter, seront dirigées par un arbitre dont la prestation lors du dernier Crunch a fait couler de Beaucoup d’encre...

C’est peu dire que le contexte arbitral s’annonce épicé. Parce que l’arbitre irlandais Andrew Brace, appelé pour remplacer le Sud-Africain Jaco Peyper (dans l’impossibilité de se rendre en Europe en raison de la pandémie), présente évidemment un passif avec les Bleus, qui remonte justement à la finale de la Coupe d’Automne disputée à Twickenham face à l’Angleterre, voilà un peu plus de trois mois. Mais aussi parce que l’Angleterre, très indisciplinée au pays de Galles, a aussi été officiellement déclarée victime de deux erreurs d’arbitrage commises par l’arbitre… français M. Gaüzère.

Barnes-Garcès, l’autre match dans le match

Autant dire que le moindre coup de sifflet de l’officiel sera scruté, épié, décortiqué et évidemment soumis à toutes les interprétations… Cela d’autant que si les Bleus peuvent évidemment regretter d’avoir vu la Coupe d’Automne tomber dans les mains anglaises pour quelques coups de sifflets mal placés, le XV de la Rose n’a pas oublié non plus que lors du dernier Tournoi, un essai accordé par M. Owens à Charles Ollivon à la réception d’une chandelle aurait tout aussi bien pu être annulé et aurait évidemment changé la face du match. Bref ! Tout cela pour rappeler qu’un crunch sans contexte arbitral explosif n’en serait pas vraiment un, et que l’arbitrage de M. Brace participera étroitement à la dramaturgie des événements.

Cela d’autant plus que les deux formations présentent un point commun : celui de vouloir soigner une indiscipline chronique. Aux mêmes maux les mêmes remèdes, Français et Anglais ont ainsi fait le choix de s’adjoindre les services d’un arbitre. Et pas n’importe lesquels. En effet, si l’arbitre de la finale de la dernière Coupe du monde Jérôme Garcès a intégré le staff des Bleus en début de Tournoi, c’est son grand rival (par ailleurs arbitre de la petite finale en 2019), Wayne Barnes, qui a rejoint la tribu d’Eddie Jones la semaine dernière. Les quatorze fautes concédées au pays de Galles (dont cinq pour le seul Maro Itoje) ayant semble-t-il convaincu le XV de la Rose de devoir procéder à de gros efforts, et pas seulement en termes de lobbying…

Autant dire que ce nouveau "match dans le match" à distance entre deux des plus grands arbitres internationaux de ces quinze dernières années constituera également une des attractions de la rencontre, les Bleus ayant depuis le début du Tournoi progressé dans leur capacité à défendre sans se mettre à la faute (moins de dix pénalités par match concédées en Italie et en Irlande). Quand bien même le carton jaune concédé à Dublin par Bernard Le Roux a rappelé à tous que l’équilibre demeurait fragile…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?