Le fait du match : possession, occupation, les deux principes de bases

  • Possession, occupation, les deux principes de bases
    Possession, occupation, les deux principes de bases PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport
Publié le , mis à jour

Les Français ont été les plus brillants. Mais les Anglais si laborieux, ont gagné la bataille du territoire et de la possession. Les statistiques le disent clairement. 

Difficile d'orienter une synthèse d'un tel match, tant les Français ont été cruellement battus (23-20). L'Angleterre a marqué ce dernier essai par Itoje sur un déboulé rageur pour sauver les meubles, fut méritoire, même si la video n'apporta pas la preuve de l'aplatissement du ballon. On nous pardonnera de rendre hommage à la performance française et au travail assez extraordinaire des Bleus en défense et surtout, sur les points de rencontre. 

On a noté au moins cinq grattages magistraux des Bleus sur les regroupements d'initiative anglaise : Aldritt, Marchand, Thomas, Vakatawa et Taofifenua. On a aussi noté des plaquages offensifs des Vatakawa, Penaud des interventions qui ont fait reculer les Anglais où leur ont fait lâcher la balle. Difficile aussi de ne pas s'extasier sur la beauté des eux essais français, une attaque imaginative et une action en première main. On a noté aussi que les Français ont mené jusqu'à la 78eme minute et que les Anglais nous ont laissé une impression diffuse de médiocrité. Quel est donc le facteur qui a offert la victoire aux Anglais ? Deux statistiques nous l'expliquent, deux chiffres de base ; la possession et l'occupation. Ils furent tous les deux favorables aux Anglais : 58 pour cent de possession, 62 pour cent d'occupation. 

Les Anglais ont été décevants, ils ont perdu beaucoup de munitions. Mais ils l'ont fait dans le camp adverse et ils ont eu beaucoup d'occasions de le faire. Ce n'est pas plus compliqué que ça. Les Français ont récupéré trop de ballons loin de la ligne adverse, difficile dans ces conditions de faire le plein de points. Le pire c'est que la balance des pénalités a aussi penché en faveur des Français (12-8). Ce diptyque occupation-possession pro anglais, est ce du hasard ? Deux ou trois moments clés qui ont mal tourné ? Ou le fruit d'une subtile domination dans les soubassements du jeu, le duel au ping-pong par exemple. Une longue séance vidéo le dira à Fabien Galthié. En tout cas, ce match fut la preuve que les deux principes de bases, possession et occupation ont encore de l'avenir devant eux.   

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?