Angleterre - France : un match, trois questions

  • Cyril Baille qui essaie d'échapper à la défense anglaise.
    Cyril Baille qui essaie d'échapper à la défense anglaise. MB Media / Icon Sport - MB Media / Icon Sport
Publié le

Si les bleus ont donné l’impression de maîtriser leur sujet aussi bien stratégiquement que physiquement en première période, quelques initiatives malheureuses se sont probablement avérées fatales et payées au prix fort en fin de match, amplifiées par un arbitrage très contestable des mêlées fermées.

Les Bleus se sont-ils grisés en première période ? « Sorties de cadre » préjudiciables

C’est peu dire que ce Crunch a démarré comme dans un rêve pour les Bleus, dont la stratégie en possession du ballon était simple, révélée après-match par l’ouvreur Matthieu Jalibert. « On avait observé que dès que leurs adversaires tenaient le ballon sur plus de quarante secondes, les Anglais avaient tendance à libérer des espaces sur les extérieurs. On a donc bien travaillé cette semaine pour mettre en œuvre cette stratégie. » Travail à l’évidence payant puisque sur le coup d’envoi, les Bleus ont réussi à tenir le ballon pendant pile quarante secondes avant de décaler Thomas au bout d’une 3 contre 2 magnifiquement négocié par Cretin et Vakatawa, qui permit à Dupont de marquer à la récupération du coup de pied à suivre de son ailier. Des débuts parfaits qui eurent toutefois un revers : celui de laisser croire aux Bleus que tout pourrait être facile… En effet, parmi les 20 minutes qui suivirent, les coéquipiers de Charles Ollivon ont quelque peu surjoué dans leur propre camp, prenant plusieurs initiatives individuelles hors du cadre traditionnel de l’équipe. Pas interdit, bien sûr… Sauf qu’en l’espèce, toutes ces initiatives se sont soldées par des ballons rendus aux Anglais par les Bleus dans leur propre moitié de terrain, qui permirent au XV de la Rose d’égaliser puis de prendre l’avantage presque trop facilement. « C’est vrai que l’on s’est un peu grisé à ce moment-là du match, convenait après coup le stratège Fabien Galthié. Même si on a repris l’avantage par la suite, on a perdu à ce moment beaucoup d’énergie et de lucidité. » De là à conclure que c’est ce moment d’emballement en première période que les Bleus payèrent dans le money-time ? On vous en laissera juge…

England v France - Guinness Six Nations - Twickenham Stadium
England v France - Guinness Six Nations - Twickenham Stadium PA Images / Icon Sport - PA Images / Icon Sport

M. Brace a-t-il fait oublier sa prestation en finale de la Coupe d’automne des Nations ? Un arbitrage à charge contre les Bleus en mêlée

Largement controversé après la finale de la Coupe d’automne en décembre, l’arbitrage de M. Brace a-t-il une nouvelle fois favorisé les desseins de l’Angleterre samedi. Il semblerait bien que oui… Car si l’essai accordé après TMO à Maro Itoje semblait bien valable (clairement aplati dans un premier temps, ainsi que l’a révélé la caméra dans le dos des Anglais), c’est bien le sujet sensible de l’arbitrage des mêlées qui devrait faire grincer des dents la mêlée française. En cause ? Les attitudes des piliers gauches anglais et de Mako Vunipola en particulier, aperçu à plusieurs reprises en train de décaler ses appuis et son bassin vers la gauche pour pousser en travers sur Mohamed Haouas, tout en usant de sa liaison pour l’amener au sol. Alors certes, pour être tout à fait honnête, Vunipola fut pénalisé à deux reprises (25e et 62e). Reste qu’en deuxième période, l’arbitrage de M. Brace sembla malgré tout globalement à charge, sanctionnant par deux fois Haouas (46e et 56e) alors que Vunipola se mettait encore clairement à la faute. Pour preuve, sur la première de ces deux mêlées (photo du haut, ci-contre), on aperçut in fine Maro Itoje tout aussi surpris que nous, la tête et les épaules au-dessus de son pilier complètement en travers, tandis que la deuxième pénalité était amenée par un petit jeu d’entrée-poussée des deux côtés, sans introduction… Une pénalité qui aurait dû être renversée et une plus que discutable, donc, sans parler de la plus scandaleuse. On veut parler ici du coup de sifflet donné à la 69e contre Julien Marchand accusé de se relever (photo du bas, ci-contre), alors précisément que le gaucher remplaçant Genge s’était complètement délié pour passer sous Dorian Aldgheri en poussant perpendiculairement sous la mêlée française, au point d’obtenir une pénalité alors qu’il poussait les deux genoux au sol ! Résultat ? Les Anglais se sont ainsi vus offrir trois occasions supplémentaires d’investir le camp français, donc autant de possibilités de marque. De quoi facilement déduire que si les pénalités avaient été sifflées dans le bon sens, l’issue de la rencontre aurait pu (dû ?) être totalement inversée…

La mêlée vu du dessus.
La mêlée vu du dessus.

L'analyse de la mêlée.
L'analyse de la mêlée.

D’où vient l’essai marqué par Damian Penaud ? Labit-Ghezal, une combine en or

Ce n’est pas parce qu’ils disposent d’attributions très spécifiques que les entraîneurs des Bleus ne savent pas travailler ensemble. Au contraire… La meilleure preuve en a été fournie contre l’Angleterre, qui a vu les Bleus marquer sur une combinaison en première main née de l’étroite collaboration entre l’entraîneur de la touche Karim Ghezal et celui de l’attaque Laurent Labit. Le constat ? Il était que les Bleus disposaient d’une combinaison après mêlée fermée particulièrement redoutable (qui avait notamment déjà permis à Vakatawa de marquer en écosse), mais très difficile à transposer sur touche puisqu’elle se trouvait à l’origine lancée par une transmission directe entre le 8 et le 12. Le problème ainsi posé à Karim Ghezal fut solutionné, par le biais d’un lancer en touche de 17 mètres, envoyé directement par Marchand à Fickou ! Une manœuvre pensée pour permettre au demi de mêlée Antoine Dupont de mieux se faire oublier et de redoubler directement son trois-quarts centre, pour peser de tout son poids un cran plus au large. Cette combinaison en question était-elle inaugurée à Twickenham ? Pas exactement. Elle avait en réalité déjà été aperçue lors de l’ouverture du Tournoi en Italie, Fickou ayant ce jour-là choisi d’alerter (comme sur la fameuse mêlée en écosse) son ailier accouru à l’intérieur, en l’occurrence Gabin Villière, qui avait commis un en-avant alors que la voie de l’essai lui semblait ouverte. Toutefois, en Angleterre, ce ne fut pas cette option qui fut privilégiée par Fickou, mais bien la variante de la passe dans le dos pour Antoine Dupont, lequel se servait d’un leurre de Vakatawa pour placer sur orbite Matthieu Jalibert. L’ouvreur de l’UBB manœuvrait alors à la perfection, redressant sa course d’un intervalle en pleine accélération, avant d’allonger la passe pour Damian Penaud libre de tout marquage. Sublime… À noter d’ailleurs que la même combinaison fut utilisée une deuxième fois en deuxième période, qui rapporta une pénalité de Jalibert. Soit 10 points rapportés par un seul et même mouvement : plutôt rentable, cette combine en or… 

England v France, Rugby Union, Guinness 6 Nations Championship, Twickenham, London, UK - 13/03/2021
England v France, Rugby Union, Guinness 6 Nations Championship, Twickenham, London, UK - 13/03/2021 MB Media / Icon Sport - MB Media / Icon Sport

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?

Les commentaires (3)
rugbypass Il y a 1 année Le 16/03/2021 à 13:02

Décidément, on n'y peut rien, les anglais n'avaient pas le droit de perdre point. Et plutôt que d'admettre que le XV de la rose s'est battu jusqu'à la mort , Midol préfère continuer la promotion des p'tits génies du Stade Toulousain et donner tort à Galthié. Covid et mauvais coaching , enfin n'est pas objectif qui veut et surtout un canard inféodé à Toulouse, malheureusement il a le monopole. Big Midol Brother.............

jmbegue Il y a 1 année Le 16/03/2021 à 17:02

Je n'ai pas tout compris....
Où y a-t-il de la promotion toulousaine dans cet article ?

rugbypass Il y a 1 année Le 16/03/2021 à 17:17

Effectivement il s'agit d'un ensemble de commentaires figurant dans Midol papier d'hier.