Vannes puissance 10

  • Le trois-quarts cenre du RC Vannes, Branden Holder.
    Le trois-quarts cenre du RC Vannes, Branden Holder. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Forts de ce dixième succès à l’extérieur, le RCV poursuit inlassablement son chemin vers les phases finales. Rien ne semble pouvoir arrêter les Bretons.

Malgré les espoirs découlant du scénario du match, malgré l’ambition débordante de ce groupe qui n’a pas fini de nous surprendre, ce point de bonus offensif perdu dans les derniers instants dans la cuvette de Sapiac est anecdotique. Le RC Vannes vient d’empocher sa dixième victoire en déplacement et ce seul bilan est prodigieux. « Ce point laissé en route fait partie de choses à corriger pour plus tard, notait Pierre Popelin à la fin de la rencontre, mais on est très content de ce résultat. Toutes les équipes du top 6 se sont cassé le nez à Sapiac. Même s’il y en a eu pas mal cette année, il ne faut pas s’habituer à ces victoires à l’extérieur. Notre saison est assez spéciale, énorme même ! »

Le demi d’ouverture, entré très tôt en jeu à la suite de la blessure de Christopher Hilsenbeck a été l’élément déclencheur de ce succès en Tarn-et-Garonne. On savait les deux équipes frileuses, elles tiendront leur réputation. Alors quand le Rochelais de formation passe les bras quasiment au sol, le décalage est créé et la situation se déverrouille avec l’essai d’Iachizzi. Plus tard, Bosviel est sous pression et contraint de dégager à la hâte. À la réception sur ses 40 mètres, l’ouvreur-arrière réalise un festival sur le couloir droit et élimine trois défenseurs avant de marquer. « Je vois Ambrose (Curtis, N.D.L.R.) déjà placé au milieu du terrain, je feinte la passe et il y a quelques joueurs qui partent. Il y a souvent pas mal d’espaces dans les 15 mètres, et le fait que Matthys (Gratien) reste dans le couloir des 5 mètres me permet de jouer le deux contre un comme il faut. Après ça sourit. »

L’art de faire la course en tête

Outre les inspirations du joueur qui retournera au Stade rochelais la saison prochaine, on peut noter la performance du pack vannetais. Les avants bretons ont été dans l’avancée pendant la majorité de la rencontre. « On peut tirer un grand coup de chapeau aux gros dans le défi physique, poursuit « Pop ». Ils ont bien répondu dans les zones de collision. » Redouté, le paquet montalbanais a sûrement payé son enchaînement des matchs. La longue liste des blessés au sortir de ce match en témoigne. Quand il a fallu accélérer, la défense du RCV a montré une grande capacité à se redéployer sur les extérieurs et à se reformer sans cesse. Les dix minutes de possession montalbanaises au retour des vestiaires, pour marquer seulement trois points, auront sans doute galvanisé le leader. « Ils ont très bien défendu, on n’a pas trouvé de façon de marquer, regrettait le demi de mêlée de l’USM Nic Stirzaker. Mais si le score était moins lourd à la mi-temps, la fin de match aurait été bonne. Nous avons donné des points trop facilement. »

Finalement le scénario était idéal pour les visiteurs qui savent comment tenir un score, quelle que soit la pelouse. De bon augure en vue des phases finales, déjà dans un coin de leur tête…

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?