Bruni, la perle rare du RC Vannes

  • La perle rare  du RC Vannes
    La perle rare du RC Vannes
Publié le , mis à jour

Arrivé en Morbihan début 2021, Rodrigo Bruni a disputé son premier match le 14 janvier avec le RCV à Béziers. en sept feuilles de match, le garçon de 28 ans a déjà pu montrer toute l’étendue de son grand talent.

Sept feuilles (395 minutes de jeu) et déjà trois essais au compteur : un face à Nevers, deux contre Mont-de-Marsan. Et la manière dont ces trois essais ont été marqués en dit long sur le potentiel de l’ancien joueur des Jaguares. Mais dire qu’en deux mois, il a métamorphosé le RC Vannes, serait faire injure à tous ses partenaires qui ont fait ce que le RC Vannes est devenu dans ce championnat de Pro D2 : un leader très convaincant.

Spitzer : "Une fierté incroyable"

Avec son nouveau statut de candidat (non déclaré !) à l’accession en Top 14, le RCV ne pouvait pas ne pas recruter un "major", un joueur capable de lui apporter expérience et talent, au service d’un collectif entièrement mobilisé pour atteindre l’excellence. C’est Esteban Devich, 10 ans entraîneur des avants à Vannes, qui a servi d’intermédiaire et facilité l’échange. Ce qui a contribué à convaincre son compatriote. "Rodrigo Bruni a montré un standing de haut niveau autant avec les Jaguares qu’avec les Pumas. C’est une opportunité et une fierté incroyable d’accueillir un tel joueur au sein du club", commentait J. N. Spitzer sur le site du RC à l’arrivée de sa perle rare.

Sérénité, confiance

Ses partenaires sont également unanimes à reconnaître les qualités d’un joueur d’exception. "Il apporte de la sérénité. Techniquement, il est très à l’aise. Il casse les placages, est toujours sur l’avancée et se montre très explosif dans la relance après contact", analyse Rémi Picquette le deuxième ligne Vannetais. Pour Jo Edwards, (troisième ligne) Rodrigo "est puissant, explosif, qui joue en confiance, très solide sur ses appuis" parce que son centre de gravité est étonnamment bas pour un joueur de son gabarit (187 cm pour 109 kg). Jérémie Abiven autre troisième ligne est dans la même analyse. "C’est un super joueur dans tous les domaines. Il ne parle ni français, ni anglais, mais fait énormément d’efforts pour communiquer. Je pense que son talent à hisser un peu plus le niveau d’ensemble de l’équipe. En défense, il est vrai, très dur sur l’homme et en attaque, il amène toujours de l’avancée."

Edoardo Iachizzi : "Combattant dans l’âme"

Même son de cloche encore dans le propos de Edoardo Iachizzi (deuxième ou troisième ligne) qui loue sa polyvalence en poste 6 ou 8. "C’est un très grand joueur qui apporte beaucoup à l’équipe. Son activité sur le terrain est grande ; c’est un combattant dans l’âme qui nous pousse vers l’Excellence. C’est assurément une valeur ajoutée au groupe." Des éloges, des éloges à n’en plus finir, pour celui qui ira jusqu’à la fin de saison avec le RCV et avec une option supplémentaire pour la saison prochaine. Reste que l’international Pumas qui a battu les All Blacks - fait historique dans l’histoire du rugby argentin - est déjà certainement et logiquement sur les tablettes de quelques clubs de Top 14. Le joyau vannetais pourrait alors s’envoler vers une autre destinée… À moins que…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier LE PALLEC
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?