Valence-Romans toujours en vie

  • Edward DRATAI SAWAILAU of Valence Romans during the Pro D2 match between Biarritz and Valence at Parc des Sports Aguilera on January 8, 2021 in Biarritz, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport) - Edward DRATAI SAWAILAU - Parc des Sports d'Aguilera - Biarritz (France)
    Edward DRATAI SAWAILAU of Valence Romans during the Pro D2 match between Biarritz and Valence at Parc des Sports Aguilera on January 8, 2021 in Biarritz, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport) - Edward DRATAI SAWAILAU - Parc des Sports d'Aguilera - Biarritz (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Revenus de loin, les Drômois ont montré une force de caractère qui pourrait leur servir dans une fin de saison au couteau.

Il fallait se douter que cette équipe de Valence-Romans ne serait plus vraiment la même que celle qui, à quatorze pendant soixante-dix minutes, avait fini par craquer et par se faire étriller sur sa pelouse par ces mêmes Montois il y a un mois, en attestait les deux bonus défensifs ramenés de Perpignan et Colomiers. Il fallait se douter aussi que, mus par l’énergie du désespoir, ils venaient en terres landaises jouer une vraie finale de maintien, avec, derrière la tête, l’idée que ces Landais ne sont pas sereins à domicile. Pourtant, pendant une demi-heure, les hommes de Yohann Autier n’ont pas vraiment existé, pas plus qu’ils n’ont mis en œuvre de quoi faire douter leur adversaire. Mais leur banc, contrairement à celui des Montois, leur aura été d’un précieux secours, puisque c’est à partir de la 50e et le début du coaching qu’ils sont revenus dans la partie, au point de prendre pour la première fois l’avantage à une grosse dizaine de minutes du terme. Le scénario parfait ou presque, puisqu’ils n’ont pas su conserver ce maigre avantage, même s’ils ont eu encore la gagne au bout du pied de Mathieu Lorée à deux minutes de la fin.

Deux réceptions décisives

De quoi repartir dans leurs pénates avec un sentiment mitigé, exprimé par les propos de leur capitaine Alexis Armary : « Il y a un goût d’inachevé en ce sens que nous étions venus ici chercher une victoire, et c’est dommage de n’avoir pas pu valider notre bonne seconde période. Mais nous n’avons pas perdu, donc nous ne sommes pas morts. C’est quand même un résultat qui nous donne de l’espoir parce que nous n’avons pas lâché et que nos derniers déplacements sont positifs. Maintenant, il va falloir gagner à domicile. » C’est bien l’équation que vont devoir résoudre les Drômois s’ils veulent encore espérer se sauver. Gagner d’abord tous leurs matchs à domicile. On va donc commencer à regarder de près les calendriers respectifs. Celui du VRDR est copieux.

La réception d’Aurillac ne sera pas une formalité, les Cantalous n’étant pas sauvés. Après il faudra accueillir Vannes, Grenoble et Nevers, en course pour la qualification. Il va falloir aux coéquipiers d’Alexis Armary du caractère et d’auto persuasion pour sauver leur tête dans cette division, mais ils peuvent s’appuyer sur des signes encourageants. Car ils ont montré à Mont-de-Marsan qu’ils avaient l’intention de se battre jusqu’au bout.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierre Baylet
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?