Antoine Gibert monte au front

  • Antoine GIBERT of Racing92 during the Top 14 match between Toulon and Racing 92 on March 6, 2021 in Toulon, France. (Photo by Johnny Fidelin/Icon Sport) - Antoine GIBERT - Stade Felix Mayol - Toulon (France)
    Antoine GIBERT of Racing92 during the Top 14 match between Toulon and Racing 92 on March 6, 2021 in Toulon, France. (Photo by Johnny Fidelin/Icon Sport) - Antoine GIBERT - Stade Felix Mayol - Toulon (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Cette saison, Antoine Gibert a démontré qu’il était davantage que la doublure de Finn Russell dans les Hauts-de-Seine. À Bayonne, il sera d’ailleurs une nouvelle fois le meneur de jeu du Racing…

En théorie, Antoine Gibert n’est que la doublure de Finn Russell. Sur le papier, "Gibus" n’est pas positionné plus haut que François Trinh-Duc dans la hiérarchie des ouvreurs franciliens. Pourtant, le numéro 10 le plus utilisé par Mike Prendergast depuis le début de saison n’est autre que le môme de l’ACBB, le club de Boulogne-Billancourt. À seulement 23 ans, Antoine Gibert est donc avec Donovan Taofifenua la révélation de la saison ciel et blanche et a prouvé, ces derniers mois, qu’il pouvait être numéro 1 dans un club de Top 14… et pas n’importe lequel d’entre-eux, le Racing étant connu pour disposer d’une ligne de trois-quarts spectaculaire.

Avec dix-sept feuilles de match en championnat et 770 minutes de jeu, Gibert devance ainsi (et de loin) Finn Russell (427 minutes de jeu en Top 14), ce dernier ayant aussi été réquisitionné par la sélection écossaise lors de la dernière Coupe d’automne et le Tournoi des 6 Nations en cours. L’ancien meneur de jeu de Glasgow ayant d’ailleurs été libéré par les dirigeants franciliens pour affronter les Bleus au Stade de France, ledit "Gibus" mènera donc le jeu du Racing à Bayonne, samedi après-midi. De quoi lui rappeler, peut-être, qu’il avait démarré sa carrière en pro contre cette même équipe basque, en l’an de grâce 2017 et à une époque où ses concurrents au poste se nommaient Dan Carter ou Rémi Talès…

Armé pour gagner

Au stade Jean-Dauger, Antoine Gibert devrait mener une ligne de trois-quarts pour le moins solide où Henry Chavancy, Olivier Klemenczak, Juan Imhoff et Emiliano Boffelli auront pour mission de faire sauter le verrou bayonnais. Devant, en l’absence des Géorgiens Guram Gogichashvili et Gia Kharaishvili (à l’isolement depuis la fin du Tournoi "B"), Laurent Travers devrait néanmoins aligner un paquet d’avants solide où Hassane Kolingar, Teddy Baubigny, Ali Oz, Dominic Bird, Georges-Henri Colombe et Eddy Ben Arous tiendront les premiers rôles. Sur le papier, ce Racing amputé de ses internationaux est évidemment armé pour s’imposer sur les bords de l’Adour. S’en donnera-t-il seulement les moyens ?

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?