Baptiste Héguy, l’atout aérien

  • Avec des qualités naturelles, Baptiste Héguy est aligné face au Racing 92. Photo P. O.
    Avec des qualités naturelles, Baptiste Héguy est aligné face au Racing 92. Photo P. O.
Publié le

Discret au quotidien, mais précieux et rarement décevant sur le terrain, le flanker bayonnais devrait enchaîner une seconde titularisation consécutive samedi.

Est-il nécessaire de posséder la carrure d’un golgoth et d’avoir des bras trois fois plus épais que la plupart des humains sur cette planète pour exister sur un terrain de rugby et se faire une place dans un pack de Top 14 ? D’évidence, non. Baptiste Héguy en est une des preuves. Attention, ce dernier est loin d’être un gringalet, mais s’il fallait lui coller une étiquette, Héguy aurait plus celle du flanker coureur que celle du colosse qui casse les lignes. "C’est un profil très doué rugbystiquement et pas très causant. C’est un taiseux, qui observe et écoute beaucoup" décrit au préalable Thomas Darracq, l’ancien directeur du centre de formation de l’Aviron.

Catalogué parmi les grands espoirs du club, le troisième ligne aile occupe depuis maintenant quatre ans les rangs de l’équipe première, et si ses apparitions sur les feuilles de matchs sont devenues habituelles (12 cette saison en Top 14), il ne faut pas oublier que le garçon passé par le Pôle Espoirs de Bayonne est encore en apprentissage. Pour tout dire, on a cependant eu l’impression que l’ancien international U20 a franchi un petit cap ces dernières semaines. Bon, lors de la victoire à Toulon fin février, intéressant, malgré la défaite des Basques face au LOU ensuite, Héguy a de nouveau livré une très grosse prestation il y a quinze jours contre le SUA. Sans faire de bruit. L’intéressé n’a pas traversé dix fois le terrain balle en main, il n’a pas non plus gratté quinze ballons dans les rucks, mais s’est notamment montré très précieux au niveau du secteur de la touche et propre sur ses courses offensives. "À chaque fois qu’il est sollicité, il rend toujours des copies de qualité, salue Darracq. Il est très fort dans le jeu aérien. Quand il est frais, c’est un très bon plaqueur. C’est un vrai joueur de rugby qui sent le jeu."

Souvent comparé à Chouzenoux

Du côté des remparts de Belascain, ou sur les bords des terrains de la Floride, les suiveurs des équipes jeunes bayonnaises l’ont souvent comparé à un certain Chouzenoux. Les deux s’appellent Baptiste, ont porté le maillot de l’Aviron dès leur plus jeune âge et jouent numéro sept. Facile. Mais la ressemblance se prolonge sur le terrain où ils ont des qualités communes : une certaine aisance dans les airs et une intelligence sur le pré. Thomas Darracq poursuit : "Baptiste Héguy, c’est un très bon mec et une bonne pâte. Dans le profil, c’était un peu la suite du "Chou" (surnom donné à Chouzenoux, N.D.L.R.) car avant qu’il parle, il a fallu qu’il soit installé dans le groupe. Une fois qu’il connaît bien le groupe, il parle, mais au départ… C’est comme ça. Il en faut au sein d’une équipe et c’est important de ne pas avoir que des gueulards. Pour tout, il faut un équilibre." Samedi, en l’absence de Guillaume Ducat, toujours blessé, il sera chargé d’amener sa touche personnelle à l’alignement bayonnais et d’offrir à Van Jaarsveld une option supplémentaire à chaque lancer. Sans oublier de faire valoir ses autres qualités. Une nouvelle histoire d’équilibre.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pablo ORDAS
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?