Clermont a sondé Novès pour la succession de Franck Azéma

  • Clermont a sondé Guy Novès
    Clermont a sondé Guy Novès
Publié le , mis à jour

Toujours en quête du successeur de Franck Azéma à la tête de l’effectif professionnel, le président clermontois s’est entretenu avec l’ancien sélectionneur et entraîneur du Stade toulousain.

À Clermont, le dossier de la succession de Franck Azéma, au club depuis onze saisons et qui quittera bientôt l’Auvergne avant la fin de son contrat, agite les coulisses. L’ASMCA s’active pour dénicher celui qui prendra les rênes de l’effectif professionnel, dès la saison prochaine. Et le sujet commence à urger : en attendant de connaître l’identité du futur patron, les dossiers de recrutement avancent timidement et les joueurs sont dans l’expectative. "Ce n’est pas une situation évidente d‘être dans le flou et de pas savoir qui entraînera l’an prochain", confiait, par exemple, le troisième ligne Arthur Iturria, cette semaine dans les colonnes de La Montagne.

Pris de court sur ce sujet de l’entraîneur par l’annonce d’Azéma, le club presse le pas. Comme nous vous l’indiquions ces dernières semaines, l’ASMCA a établi des contacts directs (ou avec l’entourage) avec plusieurs techniciens réputés : Jeremy Davidson, Jono Gibbes, Richard Cockerill et Yannick Bru. Concernant le dernier, un long échange a d’ailleurs interpellé entre le président de Clermont, Jean-Michel Guillon, et celui de Bayonne, Philippe Tayeb, lundi soir dans les salons de l’hôtel Pullman où allait se jouer l’élection à la LNR.

Dans cette quête d’entraîneur, d’autres noms sont déjà écartés : Scott Robertson, grand manitou des Crusaders (Nouvelle-Zélande) a poliment décliné. Tout comme Stuart Lancaster, sondé mais qui a finalement prolongé son contrat avec le Leinster, il y a dix jours.

Le dernier nom en date que les Clermotois ont contacté est ni plus ni moins que l’entraîneur le plus titré de l’histoire du rugby français : Guy Novès, qui s’est entretenu la semaine dernière, par téléphone, avec Jean-Michel Guillon.

Vers une mission ponctuelle ?

Quelle était la teneur des échanges ? Selon nos informations, les contacts sont à l’initiative du club auvergnat. Le président Jean-Michel Guillon souhaitait connaître la situation de Novès et ses envies éventuelles de retrouver des responsabilités dans un club professionnel après l’épisode prud’homal qui a suivi son éviction du poste de sélectionneur (décembre 2017). Novès, s’il s’est dit flatté par l’intérêt porté par le nouvel homme fort de l’ASMCA (club pour lequel il n’a jamais caché son amitié), aurait poliment décliné, répondant qu’il ne souhaitait plus prendre de responsabilités à temps plein, dans un club de Top 14. "J’ai 67 ans, dont quarante de rugby. Je ne me vois pas repartir là-dedans", confiait-il récemment, en marge de la sortie de sa biographie. Une parole qu’il maintient.

L’histoire entre Novès et Clermont pourrait donc en rester là. À moins que les dirigeants de l’ASMCA ne lui proposent une mission ponctuelle d’audit du club, pour mieux préparer l’après-Azéma.

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Léo FAURE et Nicolas ZANARDI
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?