Corato monte en puissance

  • The referee Romain POITE and Nicolas CORATO of Section Paloise during the Top 14 match between Section Paloise and RC Toulon at Hameau stadium on February 20, 2021 in Pau, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport) - Romain POITE - Nicolas CORATO - Stade du Hameau - Pau (France)
    The referee Romain POITE and Nicolas CORATO of Section Paloise during the Top 14 match between Section Paloise and RC Toulon at Hameau stadium on February 20, 2021 in Pau, France. (Photo by Pierre Costabadie/Icon Sport) - Romain POITE - Nicolas CORATO - Stade du Hameau - Pau (France) Icon Sport - Icon Sport
Publié le

À 23 ans, le pilier droit palois Nicolas Corato s’est imposé cette saison comme la doublure de l’inamovible Lourens Adriaanse.

Quand on sonde les anciens entraîneurs d’Auch au sujet des internationaux Grégory Alldritt et Pierre Bourgarit, ils ne cessent de répéter la même chose : "Il y avait aussi Nicolas Corato avec eux et il va bientôt faire parler de lui." Le pilier droit de la Section a lui aussi quitté le club auscitain à l’été 2017 quand ce dernier a rendu les armes sur le terrain financier après un titre de Fédérale 1B prometteur. "On s’envoie beaucoup de messages, surtout avec Pierre Bourgarit puisque nous avons été colocataires pendant toutes nos années à Auch." Nicolas Corato n’a pas connu l’éclosion fulgurante de ses anciens partenaires, ce qui n’est pas illogique puisque le poste de pilier droit est un poste à maturité tardive.

à 23 ans, et alors que son premier contrat professionnel ne démarrera qu’en juillet, le Palois n’a pas à rougir de sa progression qui lui permet d’être le remplaçant attitré de l’international sud-africain Lourens Adriaanse puisqu’il vient d’enchaîner neuf feuilles de match en Top 14, dont deux titularisations. "J’ai l’impression que les coachs me font confiance puisqu’ils me remettent chaque week-end. Je m’entends bien avec Lourens je vais souvent le voir pour lui demander des conseils, on parle du plan de jeu, de nos structures. Je joue plus cette saison mais le plus dur est de rester dans le groupe pour jouer chaque week-end."

Après avoir connu les allers retours chez les espoirs, Nicolas Corato a pu démontrer sa tenue en mêlée fermée mais aussi sa grande mobilité au plus haut niveau après trois ans d’apprentissage loin des pelouses du Top 14 : "Tous les joueurs de rugby ont des phases de doutes car la concurrence est forte dans ce championnat. On a forcément des grands joueurs devant soi et on se demande toujours si on va avoir sa chance et si on va la saisir. Il faut tout le temps se remettre en question." Il peut aussi compter sur son entraîneur Thomas Domingo, ancien pilier international, pour lui montrer la voie : "J’écoute beaucoup ses conseils car il a énormément d’expérience. Il a affronté de très grands piliers droits. Il m’apporte aussi beaucoup sur toutes les phases de combat et les rucks."

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?