Le droit d’espérer pour Valence-Romans

  • Valence Romans
    Valence Romans Icon Sport - Icon Sport
Publié le , mis à jour

Les Damiers ont gagné le droit de croire au maintien. Ce succès avec le bonus offensif donne une nouvelle dynamique.

Ils avaient grappillé des points à Perpignan, à Colomiers et à Mont-de-Marsan, il restait à valider cette embellie par un succès. C’est fait. Ils reviennent à cinq points du premier non-relégable, Provence-Rugby et à six de l’adversaire du jour. Ce succès bonifié face à Aurillac, le premier de la courte histoire de Valence-Romans en Pro D2, est symptomatique de la détermination d’un collectif qui ne lâche rien. Ce que nous confirme le troisième ligne aile Benjamin Collet : « On espérait les cinq points tant mieux… Cette victoire nous donne du baume au cœur. Il nous reste six matchs, donc six finales… »

Une deuxième période aboutie

Si la première période fut poussive, jouée sous un faux rythme, les Damiers qui bénéficiaient du vent dans le dos avaient du mal à franchir le premier rideau défensif aurillacois. Un jeu au pied mal utilisé. Bref, quarante premières minutes inquiétantes pour une parfaite égalité (9-9). Johann Authier n’a pas hésité à réaliser des changements. « Notre première mi-temps a été poussive. Il nous fallait apporter du sang neuf. Ce qui était prévu, mais nous avons anticipé. » Coaching gagnant, les rentrées de N’Diaye et Saïli en troisième ligne dès l’entame de la deuxième période portaient leurs fruits. Pour Aurillac, c’était une double peine, Powel écopait d’un carton rouge (41e).

Dans la minute qui suivait, Lacour très en jambe inscrivait l’essai libérateur. Maîtres en conquête avec un sans-faute en touche, les coéquipiers d’Armary ne laissaient que des miettes à leurs adversaires. Avec à la baguette, Chouvet à l’ouverture auteur d’un sans-faute au pied et à l’initiative du premier essai de Lacour. Il récidivait quelques minutes plus tard en donnant une passe décisive à Tuculet pour le deuxième essai. Pour Johann Authier, ce succès est une bouffée d’oxygène : « Oui bien sûr, nous sommes soulagés. La victoire était impérative. Elle est acquise avec le bonus offensif. C’est une bonne opération. Ce groupe n’a jamais rien lâché. Son investissement est aujourd’hui récompensé. Nous revenons à cinq points du premier non relégable. Avec le retour des blessés, la dynamique enclenchée, oui j’y crois. »

Du côté du stade Aurillacois, l’analyse de Roméo Gonténéac résumait bien la prestation réalisée par le collectif : « Il n’y a rien de positif à retirer. Face à une équipe vaillante et en confiance nous avons subi. Il va falloir digérer ce revers et nous remettre au travail pour préparer la réception de Perpignan jeudi. »

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Denis Ravanello
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?