Oyonnax et le phénomène de pression

  • Jules Soulan (Colomiers)
    Jules Soulan (Colomiers) Icon Sport - Alexandre Dimou
Publié le

Pour la cinquième fois de la saison, l’équipe de l’Ain s’est inclinée à domicile face à un rival du top 6.

À la double question du pourquoi et du comment, relative à la défaite de son équipe face à Colomiers, Many Edmonds apporte une réponse unique : « Tout est lié à la pression, celle qu’ils ont su nous imposer en tenant le ballon, celle que nous n’avons pas su mettre en commettant beaucoup trop d’erreurs, à la main, au pied, sur nos passes… Nous avions devant nous un bon bloc pour avancer vers notre objectif et nous avons pris une claque. Notre efficacité n’est pas bonne. Il va falloir trouver des solutions pour régler certains détails. » Dans ce phénomène de pression qui a emporté les espérances de son groupe, le technicien aindinois ne fait pas directement référence à celle du résultat mais souligne néanmoins que « c’est notre cinquième défaite à domicile ».
Plus inquiétant que le chiffre en lui-même, s’impose le constat tiré par le demi de mêlée Jérémy Gondrand : « Ces matchs, nous les avons perdus face à toutes les autres équipes du top 6. Il va falloir élever le curseur si nous voulons nous qualifier. Dans la perspective de ce match, nous avions tout particulièrement insisté sur la défense autour des rucks et le jeu au pied et nous n’avons jamais su mettre en place ce que nous avons travaillé à l’entraînement. »



Meilleurs à l’extérieur

Le pilier Thomas Laclayat est tout aussi amer : « Quand on ne parvient pas à lancer son jeu, on en est réduit à passer une partie du match à défendre. » Lui aussi cherche des explications : « Nous avons manqué de concentration mais aussi de répondant dans l’état d’esprit alors que nous étions sous pression. Collectivement, il y a eu de notre part un manque d’agressivité. Nous avons clairement laissé filer une chance de conforter notre place dans le top 6, ce qui va nous obliger à accrocher des résultats sur toutes les prochaines rencontres. Si l’on compare ce que nous avons fait à Biarritz et notre match contre Colomiers, on peut se dire que nous sommes meilleurs à l’extérieur. Il faudra le prouver à Grenoble dans un choc qui peut nous faire basculer vers une bonne fin de saison. »
 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Jean-Pierre Dunand
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?