L’enseignement du week-end : La Rochelle refrappe à la porte !

  • L’enseignement du week-end : La Rochelle refrappe à la porte !
    L’enseignement du week-end : La Rochelle refrappe à la porte ! Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Le Stade Rochelais a frappé un grand coup en s’imposant à Bordeaux. C’’est la manière qui a impressionné. Une domination pleine et entière, sans concession. 

Dire que quelques supporteurs bordelais s’étaient fait des illusions sur le niveau du Stade Rochelais… Les Charentais Maritimes restaient sur deux défaites consécutives, dont une à domicile mais c’était contre Toulouse. Celle de Castres avait été plus problématique, mais elle était due à une certaine lassitude physique. Les mini-vacances sont passées par là et samedi à Bordeaux, les Rochelais ont offert une éclatante démonstration. Ils ont même loupé de peu le bonus offensif chez un concurrent direct. Ça résume tout.

Disons-le, ils ont donné une leçon à l’UBB, ils l’ont surclassé physiquement et techniquement. Ils ont avancé en mêlée (de plus en plus au fil du match), ils ont marqué trois essais superbes, ils ont joué la plupart du temps dans le camp adverse et sur les rucks, ce fut un festival.

On précise aussi qu’ils l’ont fait sans leurs internationaux (Dulin, Atonio, Alldritt, Bourgarit) comme ils l’avaient déjà fait à Toulon, ce qui dit quelque chose sur la profondeur de l’effectif des Maritimes. On allait l’oublier La Rochelle doit aussi composer sans l’un de ses meilleurs animateurs offensifs Jeremy Sinzelle, lourdement touché au genou gauche.

Gregory Patat  fut un commentateur affable de cette performance XXL Un homme rétif à la langue de bois : « On les a mis sous pression durant tout le match. On a dominé toutes les collisions. Vous demandiez s’il y avait eu un moment particulier qui aurait fait pencher la balance en notre faveur… Je pense qu’il n’y a pas eu de tournant dans cette rencontre. Nous avons dominé de bout en bout, nous étions au-dessus de nos adversaires, plus rapides, plus puissants dans les contacts. »

Les Rochelais ont rappelé qu’ils étaient bien deuxièmes du Top 14 et qu’ils ont toujours une bonne tête de qualifiés directs pour les demi-finales. Et qu’ils étaient capables de marquer des essais de toute beauté. Cerise sur le gâteau, ils ont survécu à une période où ils se sont retrouvés à treize contre quinze. Elle a duré quatre ou cinq minutes, et non seulement l’UBB n’est pas revenue au score, mais les Rochelais ont réussi à marquer une pénalité à l’issue de cette courte période. « Oui, ce fut une autre satisfaction, à treize contre quinze, on a bien su défendre notre ligne », reprit Gregory Patat, volontiers repentant de certaines insuffisances.

La discipline justement (douze pénalités concédées à notre pointage et trois cartons jaunes), la touche aussi… « Même à l’échauffement, on n’était pas très bons. » Heureusement pour les Bordelais parce que sans ces scories, les Rochelais auraient battu tous les records vu la qualité de leur performance.  « Les Bordelais voulaient augmenter leurs standards, nous voulions augmenter les nôtres, on savait plus où on en était à notre retour de vacances. On voulait refrapper à la porte. » reprit l’entraîneur adjoint des Rochelais, pas peu fier de constater que son équipe semble prête pour le rendez-vous de la dernière ligne droite .

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?