Les Gallois de retour

  • Galles, champions 2021
    Galles, champions 2021
Publié le

Moribonds l’année dernière, les Gallois ont signé un parcours de haute volée pour remporter leur 39ème tournoi de leur riche histoire, deux ans après leur dernier sacre. Ils égalent ainsi l’angleterre.

Les Gallois possèdent une affection particulière pour le Tournoi. On pourrait même dire qu’ils en sont les spécialistes, puisque vendredi soir, la victoire de l’Ecosse sur les Bleus leur a offert leur 39e victoire de leur riche histoire avec la prestigieuse compétition de l’hémisphère Nord. Ce faisant, la petite Principauté égale le record de son éternelle rivale, l’Angleterre. Avouez que la performance mérite d’être soulignée, quand on sait à quel point le pays de Galles, qui ne compte que trois millions d’habitants, dispose de moyens humains, financiers et sportifs bien plus limités que son gigantesque voisin et rival. C’est aussi la quatrième victoire galloise depuis 2012, un chiffre qui montre la constance des Diables Rouges et leur présence sur l’échiquier européen. Soulignons également la longévité et la constance du deuxième ligne et capitaine Alun-Wyn Jones qui, du haut de ses 157 sélections, remporte un cinquième titre.

Et pourtant, qui aurait misé sur cette victoire l’année dernière ? Pas grand monde, et certainement pas nous. Pourquoi ? Parce que pour sa première année à la tête de la sélection rouge, le technicien néo-zélandais Wayne Pivac a affiché un bilan annuel proprement catastrophique avec seulement trois victoires. Rappelons qu’en 2020, son équipe avait terminé à la cinquième place du Tournoi. Pivac avait alors été lourdement critiqué. à juste titre, tant cette équipe semblait perdue et inoffensive.

Pivac : "s’adapter au chaos"

Perdue, cette équipe l’était aussi la semaine dernière, au coup de sifflet final du match contre la France. Sonnés, les hommes de Wayne Pivac se demandaient comment ils avaient pu perdre ce match. Le sélectionneur Wayne Pivac l’avouait lors de la cérémonie de remise du trophée : "Cette semaine a été très difficile émotionnellement. Nous avons fait, et de loin, notre meilleur match de la compétition contre les Français. Le perdre sur la dernière action nous a littéralement dévastés. Et puis nous avons passé sept jours sans savoir si nos résultats allaient suffire à remporter le titre. Honnêtement, c’était très long. Mais encore une fois, cela rejoint ce dont nous avons parlé tout au long de cette campagne : faire quelque chose de significatif malgré le chaos qui nous entoure en nous y adaptant sans cesse. C’est ce que nous avons fait, en remportant un titre devant isolés devant nos télévisions…" Drôle de période en effet…

Simon VALZER
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?