Thomas aurait apprécié le feu d’artifice briviste

  • Julien Blanc a rendu hommage à son défunt ami Thomas Lacelle.
    Julien Blanc a rendu hommage à son défunt ami Thomas Lacelle. Diamid Courrège - Diamid Courrège
Publié le , mis à jour

Au cœur de la démonstration de force briviste, Julien Blanc a brillé et marqué. Un petit plaisir avant de partir. Un bel hommage surtout à son ami Thomas Lacelle, récemment parti.

À la 49e minute, Julien Blanc a laissé parler son talent et ses cannes. Le demi de mêlée a slalomé entre les piquets adverses pour aller inscrire en solitaire un essai qui comptait.

Car il offrait provisoirement le bonus offensif à Brive, synonyme de grand pas vers le maintien. Car l’intéressé n’avait plus marqué depuis le 19 octobre 2019 face à Bordeaux-Bègles, époque où la recrue épatait tout son monde. Et, enfin et surtout, car il était le plus beau des hommages pour Thomas Lacelle, ancien camarade au centre de formation tragiquement décédé une semaine plus tôt, à 25 ans. « L’essai était pour lui. La coupe de cheveux, c’était pour lui aussi, j’avais envie de lui ressembler pendant 80 minutes », raconte Julien Blanc, le crâne rasé et la gorge nouée. « J’ai une grosse pensée pour Tom, sa famille, ses amis, Aix. Il est parti beaucoup trop tôt mais il ne partira pas de nos cœurs. Nous sommes plusieurs au sein de l’équipe à l’avoir eu comme équipier, David Delarue qui était un ami très proche et a été très touché aussi, Victor (Lebas), Dan (Malafosse). La semaine a été très compliquée, c’est parfois un peu difficile d’avoir la tête au rugby quand l’on perd en ami. »

Après avoir aplati, le numéro 9 s’en est allé chercher un masque à l’effigie de l’ancien Briviste, Albigeois et Aixois : « C’était symbolique, ça me faisait plaisir de lui faire un petit clin d’œil. »

Les ailes déployées

Julien Blanc a réchauffé son cœur meurtri avec cette large victoire et une prestation de qualité dans une rencontre propice aux initiatives individuelles. Avant de le voir, la peine dans l’âme, quitter Brive pour Toulon, cet été, les supporters corréziens profitent de ses derniers éclairs en noir et blanc. Dans son sillage, les lignes arrière du CABCL s’en sont donné à cœur joie avec des doublés pour Axel Muller et Sevanaia Galala et un festival de Setareki Bituniyata, marqueur à une reprise et dynamiteur patenté. « Les libérations rapides ont permis de nous exprimer derrière où il y a cette capacité à franchir, cette volonté à jouer debout, analyse le demi de mêlée. Nous avons de grosses qualités individuelles, surtout sur les ailes, cela s’est vu. » Thomas Lacelle, en tant qu’ailier et ancien meilleur marqueur de Fédérale 1, aurait apprécié le spectacle à sa juste valeur.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?