France-Écosse : un match, trois questions

Publié le

Chantre d’un jeu dit de «dépossession » depuis le début du mandat de Fabien Galthié, le XV de France a fait fi de ses principes dans la quête du bonus offensif, malgré des conditions météorologiques capricieuses. Les Écossais n’en demandaient pas tant pour prendre les bleus à leur propre piège…

Les angles de Hogg et Russell ont promené Dulin et Ntamack Dans une soirée marquée par une pluie aussi fine que discontinue, il semblait évident que l’occupation du terrain serait une donnée clé. À ce titre, la victoire des Écossais ne relève certainement pas du hold-up, qui sont parvenus à occuper la moitié de terrain française 60 % du temps. En raison ? Leur supériorité dans les duels...

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?