« Je ne suis pas une salope », les femmes du rugby témoignent

  • Judith Soula, rédactrice en chef à Via Occitanie, et ex-collaboratrice  à France Télévisions, Canal+, L’Equipe TV et Sud Radio : « Pas le droit d’écorcher un nom » Judith Soula, rédactrice en chef à Via Occitanie, et ex-collaboratrice  à France Télévisions, Canal+, L’Equipe TV et Sud Radio : « Pas le droit d’écorcher un nom »
    Judith Soula, rédactrice en chef à Via Occitanie, et ex-collaboratrice  à France Télévisions, Canal+, L’Equipe TV et Sud Radio : « Pas le droit d’écorcher un nom » DR - DR
Publié le , mis à jour

Depuis sa diffusion, le documentaire «Je ne suis pas une salope, je suis une journaliste» de Marie Portolano et Guillaume Priou nourrit le débat sur la place des femmes dans les rédactions de sports et sur les dérives qu’elles ont à subir. Le monde du rugby n’y échappe pas… 
 

Midi Olympique n’échappe pas ce constat. La rédaction est, à une très large majorité, masculine, même si plusieurs femmes journalistes contribuent ou ont contribué à son bon fonctionnement. Justine Badin, Malika Caubet, Stéphanie Biscaye et Emilie Dudon témoignent ici de leur expérience. Mais nous avons aussi décidé de donner la parole à des femmes travaillant au sein d’une presse « rugbystique...

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Midi Olympique
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?