Exeter, un sortant sorti en beauté

  • L’ailier du Leinster Jordan Larmour a inscrit l’essai de la victoire, laissant Stuart Hogg et les Chiefs d’Exeter au sol.
    L’ailier du Leinster Jordan Larmour a inscrit l’essai de la victoire, laissant Stuart Hogg et les Chiefs d’Exeter au sol. Sportsfile / Icon Sport - Sportsfile / Icon Sport
Publié le

Le Leinster a signé une performance majuscule, en rattrapant un déficit de quatorze points pour éliminer Exeter, avec un Sexton encore sorti sur commotion.

Quelle beauté ! Dans la douce campagne du Devon confiné, les titans du Leinster et d’Exeter se sont livrés un combat magnifique, vraiment digne d’une finale. Une débauche d’énergie et d’ambition au travers d’une longue course poursuite. Chaque équipe nous a offert trois essais, dont cinq par des ailiers dans l’espace et un seul sur pénaltouche.

Mais au final, les hommes de Dublin ont fini par éliminer le vainqueur sortant, invaincu depuis onze matchs en Coupe d’Europe. La brigade de Leo Cullen a poursuivi sa série de victoires à l’extérieur, sept, record de la compétition. La partie fut palpitante, alors qu’on aurait pu la croire plombée par l’entame magnifique d’Exeter : deux essais de l’ailier Tom O’Flaherty, un métisse anglais révélé au pays de Galles avec un nom typiquement irlandais. Il a défloré le score sur un modèle d’attaque en première main, puis il a porté le score à 14-0 sur une longue séquence finie grand champ. Ce joueur sans la moindre sélection aurait pu être l’homme du match.


Ross Byrne, tout de suite à l’aise


Mais la machine du Leinster a le cuir épais. Mentalement, techniquement et tactiquement, elle dispose d’assez d’atouts pour revenir au score sans paniquer. À quoi peut-on attribuer son magnifique retour ? À une fin de deuxième mi-temps maîtrisée en termes d’occupation, à un différentiel de pénalités en sa faveur (13-10), à deux ou trois mêlées triomphantes en fin de partie, à ce ballon piqué en touche à cinq mètres de la ligne adverse qui aboutit à l’essai de Larmour (57e), servi magistralement par Ross Byrne. Ross Byrne, justement, est entré précocement pour remplacer Sexton encore victime d’une commotion (une de plus, c’est inquiétant). Et le demi d’ouverture numéro 2, s’est tout de suite fondu dans ce duel digne d’une finale. Il est vrai qu’avec 14 capes, son statut de remplaçant n’avait pas grand sens. C’est l’autre avantage du Leinster, c’est plus qu’un club c’est une sélection, une Irlande B en somme. « On a bien démarré avec dix minutes magnifiques, puis on a perdu l’initiative pour un long moment. Tout s’est inversé » a reconnu Rob Baxter, entraîneur d’Exeter. La force de ces Irlandais fut de parvenir à jouer le plus souvent possible dans le camp adverse, de gagner cette cruciale bataille de l’occupation.


Mais si l’on devait déterminer un vrai tournant, alors ce serait ce temps fort improductif d’Exeter à 22-31. Une jolie séquence après touche qui vint mourir sur la ligne mais avec pénalité à la clé. Il était encore temps de revenir mais les Anglais refusèrent de prendre les points pour jouer vite. Erreur fatale, M. Raynal vit un écran entre deux avants anglais. La dernière cartouche fut ainsi gâchée. Et une dernière mêlée enfoncée offrit au Leinster les ultimes points salvateurs. Leo Cullen : « On a loupé notre départ, comme on l’avait fait la saison passée au même stade contre les Saracens. Mais les joueurs ont montré une énorme maîtrise par la suite. Je voudrais mettre l’accent sur la performance de Ross Byrne, il a très bien dirigé le jeu, il s’est montré excellent dès son entrée. » On ne peut qu’acquiescer, il a réussi deux passes impeccables sur les essais de Larmour. Mais l’EPCR a sacré Robbie Henshaw « homme du match », d’autres auraient pu prétendre à cet honneur, Keenan l’arrière et sa vitesse, Rhys Ruddock, troisième ligne actif sur tous les points chauds. Quant à Sexton, on se demande s’il est bien raisonnable de braver ainsi la médecine Une suspicion de commotion de plus, ça commence à faire beaucoup.

Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?