Poirot : « Bien sûr qu’on est les invités surprise ! »

  • Poirot : « Bien sûr qu’on est les invités surprise ! » Poirot : « Bien sûr qu’on est les invités surprise ! »
    Poirot : « Bien sûr qu’on est les invités surprise ! » Icon Sport
Publié le , mis à jour

Le capitaine bordelais est revenu en conférence de presse sur la victoire de son équipe face au Racing 92, ce dimanche en quart de finale de la Champions Cup (24-21). Il évoque notamment la fin de saison de l’UBB.
 

Quel est le premier sentiment après cette qualification ?

Beaucoup de fierté ! Par rapport à l’opposition déjà, le Racing est le finaliste sortant qui a de grandes ambitions dans cette compétition. Mais aussi par rapport au fait que dans l’état d’esprit ont ait eu cette capacité de se remobiliser par rapport à la semaine dernière.

Le bras de fer annoncé a eu lieu…

Il a eu lieu oui. On aurait voulu proposer plus, on a eu une séquence très importante près de leur ligne qui, si on avait marqué, aurait pu libérer le match. Mais il fallait gagner. En décembre, sur le même match en Top 14 on avait perdu, aujourd’hui on a gagné et c’était le plus important.

C’est un match que vous risquez de retrouver en fin de saison ?

Sur un match couperet, face à une grosse équipe comme le Racing, il faudra avoir cette capacité à tenir le bras de fer et à ne pas s’écrouler dans les moments difficiles. Notamment sur les cinq dernières minutes où on croit tenir le match, ensuite on se rend compte qu’on ne le tient plus, ensuite on prend une pénalité, etc… Donc il y a beaucoup d’enseignements sur ce match donc je pense que c’est un match qui nous servira pour la suite.

Vous aviez des doutes avant le match de tenir dans ce genre de rencontre ?

Non, sur le plan physique, on savait qu’on avait la capacité. Après c’est sur le plan de l’expérience où il fallait répondre présent et on l’a fait par notre charnière. Lorsqu’on voir les cinq dernières minutes de Matthieu (Jalibert), hormis le ballon qu’il se fait prendre, il alterne parfaitement. Il fait cinq minutes à un niveau incroyable. Donc c’était ça qu’on attendait des leaders de l’équipe.

Comment avez-vous vécu ces cinq dernières minutes ?

Difficilement. Parce que forcément, on se dit « c’est pas possible », à la 78e, il y a encore la même touche qu’ils avaient eue en décembre en championnat. On se dit « Oh ils sont encore là ». Donc beaucoup de tensions, entre l’essai refusé, nous qui passons devant et eux qui reviennent puis enfin, cette dernière pénalité de 55 mètres. Fin heureuse pour nous.

Ça vous semblait évident de prendre la dernière pénalité à 55m ?

Oui, Matthieu les a passées à l’échauffement. En deuxième mi-temps, on a le vent dans le dos donc je me suis dit qu’il fallait au moins la tenter. Puis on est chez eux, à la rigueur on part en prolongation, ils seraient partis en touche. J’ai l’impression que depuis janvier, il fait que monter de sortie en sortie.  

Les Anglais ne sont pas en demi, c’est une bonne chose, ça leur fera un peu les pieds

Ça met en confiance le pack d’avoir un tel buteur ?

Oui, moi en tant que capitaine ça me met aussi en confiance. Je sais qu’on a un buteur sûr mais qui est aussi capable de gérer le match sur les moments critiques. Mais aussi d’accélérer quand il y a besoin.

Vous vous voyez comme l’invité surprise du dernier carré ?

Bien sûr que oui, on était déjà un peu l’invité surprise des quarts. Après, comme on se l’est dit, n’importe quelle équipe qu’on prendra sera une très grosse équipe. À la manière des matchs contre Bristol ou le Racing, on ira avec beaucoup de courage et on fera en sorte de montrer qu’on n’est pas là par hasard.

Demi-finales avec trois clubs français, c’est historique…  

Je pense que c’est une bonne chose pour le rugby français. Les prestations du XV de France n’y sont pas pour rien. Les internationaux qui sont revenus du Tournoi ont énormément apporté à leur club. Que ce soit en termes de confiance ou de qualité de jeu. Le fait qu’il n’y ait pas plus de clubs étrangers ne change rien à ce niveau de la compétition. Les Anglais ne sont pas là déjà donc c’est une bonne chose, ça leur fera un peu les pieds (rires).

Vous avez regardé les autres quarts de finale ?

Oui, on les a regardées. La Rochelle et le Leinster sont deux équipes de très haut niveau qui ont fait une démonstration en quart de finale. On aurait aimé proposer la même chose ce soir mais ça s’est neutralisé pour notre part. Ce sont deux équipes assez impressionnantes, notamment le Leinster qui a fait une remontée à Exeter, qui est quand même le champion en titre. La Rochelle a fait un super match, c’est une équipe redoutable, prête pour les phases finales. On va soit les rencontrer en Champions Cup, soit les rencontrer Top 14, j’espère donc il faudra être au niveau. On se souviendra du match ici en tout cas.

On ne vous sent pas dans l’explosion de joie, c’est de la retenue ?

Là, je suis un peu fatigué je vous avoue (rires). Mais oui, il faut se dire que dans six jours, on a un match à Agen qui est assez capital. Puisqu’il faut se rappeler que notre dernier match de Top 14, il n’a pas été bon. Donc on se doit de récupérer des points à l’extérieur après le faux-pas ici. On se projette très rapidement dans ce qui arrive après. Tout va s’enchaîner très vite donc on ne peut pas être dans la démesure, ce n’est pas la fin de saison non-plus. Il faudra vite récupérer et redescendre de ce petit nuage.

Propos recueillis par Yanis GUILLOU
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?