Provence Rugby remercie son gé-Hans N’Kinsi

  • Provence remercie son gé-Hans N'Kinsi Provence remercie son gé-Hans N'Kinsi
    Provence remercie son gé-Hans N'Kinsi Robert Poulain - Robert Poulain
Publié le

Aix-en-Provence Pour sa première, le deuxième ligne Hans Nkinsi est parvenu à changer le visage aixois. Par ses qualités dans les airs et dans les phases de combat, il a joué un bien mauvais tour à ses anciens coéquipiers et permet à Provence Rugby de se replacer dans la course au maintien.

La pression était à son paroxysme, vendredi, quand avant même de rentrer sur la pelouse de Maurice David, les Aixois voyaient Valence-Romans réaliser un exploit sur la pelouse de Carcassonne et se retrouvaient provisoirement relégables pour la première fois de la saison. Que ce soit par un lancer franc d’avance, un penalty ou un drop du talon, les Provençaux n’avaient donc d’autre choix que de mettre un terme à leur série de neuf défaites face aux Grenoblois. Et comme par magie, les Aixois, apathiques depuis de trop longues semaines, apparaissaient métamorphosés au cours de ce duel à la vie à la mort. Les prémices d’une mission reconquête ? Plus agressifs, plus précis dans le jeu au sol et tout simplement plus déterminés, les Provençaux malmenaient les Isérois et finissaient par s’imposer (32-30), au bout du bout du suspense. Sursaut d’orgueil ? Prise de conscience collective ? Ou tout simplement énergie retrouvée ? Qu’importe : à l’entrée de la dernière ligne droite de la saison, les Aixois, méconnaissables, regoûtent au succès, onze semaines après leur dernière victoire.

« Hans a apporté l’énergie et la fraîcheur dont le groupe avait besoin »

Pourtant, s’il est indispensable de noter la performance XXL d’un Annetta capable de brasser plus de viande qu’un boucher, d’un Zambelli intenable dans le jeu… au sol, d’un Charlat tranchant à chacune de ses prises de balles ou encore de l’orfèvre Massip (voir En Bref, ci-dessous), comment ne pas mettre en lumière le match d’Hans N’Kinsi ? Pour sa première apparition sous les couleurs provençales, le numéro 4 a survolé la rencontre. Que ce soit en touche, où ce dernier est parvenu à régler l’alignement le moins efficace de Pro D2 et à contrarier celui du FCG, ou dans le jeu courant, où il s’est démultiplié, l’ancien Castrais - arrivé il y a tout juste trois semaines et demi, pour pallier le départ d’Adrien Warion - a montré la voie à ses coéquipiers. « Hans a eu des attitudes très positives dès son arrivée, appréciait Romain Lauga. Il était particulièrement demandeur, notamment sur les touches. Ce n’est pas évident pour un joueur qui arrive en cours de saison d’intégrer le système d’annonce mais il a été très à l’écoute. Il a eu une démarche active et n’a pas attendu que les choses se produisent. Hans a apporté l’énergie et la fraîcheur dont le groupe avait besoin. Nous sommes contents qu’il soit là et il doit être ravi de cette super première. »
28 ans, et alors qu’il apparaissait dans le creux de la vague sous les couleurs castraises, le puissant deuxième ligne (1,95m, 117 kg) semble déterminé à donner un nouvel élan à sa carrière. De bon augure pour le (désormais) treizième du ProD2 ? Réponse dans quatre rencontres, qui s’annoncent toutes plus décisives les unes que les autres…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Pierrick Ilic-Ruffinatti
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?