Simon-Pierre Chauvac coche toutes les cases

  • Simon-Pierre Chauvac, pilier, reçoit l’Oscar Espoir pour ses performances au sein du club. Simon-Pierre Chauvac, pilier, reçoit l’Oscar Espoir pour ses performances au sein du club.
    Simon-Pierre Chauvac, pilier, reçoit l’Oscar Espoir pour ses performances au sein du club.
Publié le

Décoré de l’Oscar espoir cette semaine, Simon-Pierre Chauvac est l’enfant d’un club. pourtant le pilier a déjà connu bien des équipes.

Tout comme son compère Enzo Hervé, Simon-Pierre Chauvac n’a quasiment connu qu’un club : le CAB. Arrivé à 14 ans en Corrèze, en provenance du club lotois mais voisin de Bretenoux-Biars où son cœur battait pour l’ovalie, mais aussi le kimono, il s’est rapidement retrouvé pris dans un cercle vertueux, où les performances appelaient les sélections, et les sélections appelaient les performances. En jeune, il a tout connu: France -16 ans, France -17 ans, champion d’Europe -18 ans au Portugal, une tournée en Afrique du Sud avec France -19 ans et, enfin, une sélection dans le Tournoi des 6 Nations des moins de 20 ans.

Il prit le relais en club, avec une apparition en Challenge Cup en 2017 avant d’entrer dans la rotation en Pro D2 puis de s’imposer en Top 14. Cet Oscar espoir vient récompenser une progression constante qu’il continue d’entretenir à 22 ans. "Cet Oscar, je ne m’y attendais pas du tout. Quand le club me l’a annoncé, je ne comprenais pas vraiment pourquoi. Et après coup, je réalise et ça fait vraiment plaisir. C’est une reconnaissance pour moi, pour le club. Ça donne envie de bosser mais pour autant, ça ne va pas changer ma manière de faire. Je n’ai pas forcé comme un âne toute la semaine !"

Les jambes et la tête

Son parcours a plus récemment été semé d’embûches. Juste avant d’intégrer l’effectif professionnel, au pire des moments, il vécut une année terrible. Déchirure du psoas, entorse à la cheville, épaule en vrac, entorse du genou… Tout y passe. "C’était dur de se remettre dans le bain, mais Nicolas Godignon m’a fait confiance et j’ai pu m’imposer."

Nounours dans la vie de tous les jours, le pilier n’hésite pas à faire la guerre physique et mentale à ses adversaires, même lorsque c’est Rynhardt Elstadt qui vient s’accrocher à son maillot. S’il ne souhaite pas s’arrêter là, il reconnaît avoir une histoire bien fournie. "Quand j’ai commencé à Bretenoux, je n’imaginais même pas qu’une équipe comme Brive puisse me repérer. Alors j’imaginais encore moins le parcours qui suivit." L’histoire continue de s’écrire: auteur d’un essai cette saison, contre Clermont, il aura l’occasion de rééditer sa performance dès le week-end prochain dans le derby du centre.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Baptiste Barbat
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?