Doumenc (Carcassonne) : « Ce soir, il y a un double objectif »

  • Doumenc (Carcassonne) : « Ce soir, il y a  un double objectif »
    Doumenc (Carcassonne) : « Ce soir, il y a un double objectif » - Stephanie Biscaye
Publié le

Comment analysez-vous ce faux pas (inattendu) face à Valence-Romans ?

La victoire bonifiée à Montauban nous a rendus euphoriques, confiants voire beaux. Nous avons peut-être été aussi suffisants ? La cause principale de cette défaite, c’est d’avoir été contrés sur nos points forts. En mêlée, Valence-Romans nous a perturbés, mis la pression. En touche, on n’a pas eu notre rayonnement habituel. Avec un déficit dans la conquête, le jeu proposé a été très approximatif. En proposant un jeu approximatif, on finit par manquer de discipline, on déjoue et on court après le score. Valence-Romans a tactiquement bien joué. Personnellement, je constate que la meilleure équipe a gagné le match. C’est tout simple !

Vous ne faites pas allusion au carton rouge infligé à "Dédé" Ursache. N’est-ce pas pour vous le tournant du match ?

Le carton rouge infligé à Andreï à la demi-heure de jeu ne nous a pas facilité la tâche. Pendant plus de cinquante minutes, on joue en infériorité numérique et d’autre part, on est privé d’un pilier et d’un joueur d’expérience. Pour ma part, l’expulsion d’Andreï n’est pas véritablement le tournant du match. Je le situe à l’entame de la rencontre. À la 7e minute, je marque un essai qui nous permet de prendre la tête (5-3). Deux minutes après, nous avons une situation de deux contre un. Gaëtan Pichon sert Steven McMahon décalé, malheureusement Steven commet un en-avant. Si on vient à marquer, le score passe à (12-3), ça peut changer la physionomie de la rencontre.

Cette défaite vous met-elle la pression pour le déplacement à Aix-en-Provence ?

Une victoire nous confortait dans la première partie de tableau. Cette défaite à zéro point remet en cause beaucoup de choses. Mathématiquement, le maintien n’est pas assuré. Forcément, ce match face à Provence Rugby se prépare avec un peu de pression. Cette défaite face à Valence-Romans est la quatrième à domicile depuis le début de la saison. Ce soir, il est impératif de se racheter. Honnêtement, l’équipe ne peut pas rester sur la piètre prestation de vendredi soir.

Rappelez-vous qu’au match aller, vous vous êtes inclinés (30-31) ?

Justement, ce soir, il y a un double objectif celui de prendre la revanche du match aller et d’effacer la prestation de vendredi soir. On veut achever le championnat la tête haute. Nous n’avons pas dit notre dernier mot.

Cette saison, vous avez évolué à tous les postes de la troisième ligne. Êtes vous satisfait de cette expérience en 8 ?

Lors de son passage à l’USC, Chris Masoe a suggéré à Christian Labit de m’essayer en numéro 8. J’avais déjà évolué à ce poste en junior. Cette expérience n’est pas faite pour me déplaire. Dans ce domaine, je dois me perfectionner. Il faut que je progresse au niveau du jeu aérien et je dois mieux maîtriser des sorties de balle en mêlée. Tant que je joue, peu importe le numéro que j’ai dans le dos. J’adore évoluer en tant que flanker, mais en termes de vision du jeu et stratégies, le poste de numéro 8 c’est vraiment captivant.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Didier NAVARRE
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?