Blagnac ferme ses portes

  • Blagnac ferme ses portes.
    Blagnac ferme ses portes.
Publié le

Chat échaudé craint l’eau froide. Blagnac rugby, dont les dirigeants seront convoqués mardi face à la commission de discipline de la FFR pour avoir enfreint aux règles du huis clos lors de la venue d’Albi le 27 mars dernier, a drastiquement revu la sécurité autour de son stade afin de garantir le protocole sanitaire. Benoît Trey, le président blagnacais, explique : "On applique désormais le protocole sanitaire à la lettre. Je gère une liste d’accréditations pour les journalistes, et ceux qui veulent rencontrer les joueurs en interview en conférence de presse après les matchs doivent présenter un test PCR négatif datant de moins de 72 heures."

Sécurité renforcée

Les Blagnacais semblent être les seuls - parmi les trois divisions toujours en activité - à être si rigoureux puisque les textes édictés par la FFR se contentent de demander aux seuls journalistes présents en "bord terrain" de présenter un test négatif. Benoît Trey justifie : "J’estime que l’exercice de l’interview peut nécessiter du journaliste qu’il passe plus de quinze minutes en présence du joueur. Je préviens ainsi tous les risques." L’homme fort du club blagnacais a aussi sérieusement renforcé la sécurité autour d’Ernest-Argelès, qu’il est désormais impossible de pénétrer sans montrer patte blanche les jours de match : "Aujourd’hui, notre stade est plus verrouillé qu’Alcatraz, plaisante à peine le président blagnacais. Nous avons placé trois agents de sécurité pour prévenir toute intrusion non maîtrisée. Je ne cache pas que c’est un crève-cœur. On se tue pendant dix ans à faire venir du public au stade et maintenant, nous en sommes réduits à payer des gens pour empêcher les spectateurs d’entrer". On vit une drôle d’époque, c’est bien vrai…

David BOURNIQUEL
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?