La Rochelle, un jaune puis une marée noire

  • La Rochelle, un jaune puis une marée noire
    La Rochelle, un jaune puis une marée noire Midi-Olympique - XAVIER LEOTY
Publié le

C’est en infériorité numérique que le Stade rochelais a assené le coup de grâce au Lou, dans le money-time de la première période. De bon augure avant la demie européenne.

Faire le dos rond, tenir bon, partir en rébellion. Ou comment La Rochelle, en même pas dix minutes, est parvenue à mettre le Lou hors d’état de nuire et prendre définitivement l’ascendant. On évoque là la fin d’un premier acte durant lequel le XV maritime, acculé devant sa ligne, a plié sans rompre avant de mordre au mollet son adversaire lyonnais. Même à 14. Surtout à 14, d’ailleurs. Un carton jaune en guise d’électrochoc ? Privé de Dany Priso - coupable d’avoir écroulé un maul (33e) - jusqu’au retour des vestiaires, le Stade rochelais a d’abord serré la vis pour rester fidèle à sa réputation de Mur de l’Atlantique et repousser les coups de boutoirs rhodaniens. Jusqu’à ce contre-ruck impulsé par Geoffrey Doumayrou, dans ses 22 mètres, puis ce contest gagnant de Wiaan Liebenberg, trente secondes plus tard, sur la relance lyonnaise. Une séquence défensive de haut vol bonifiée par une pénalité d’Ihaia West. Le même qui plantera sept nouveaux points, en transformant son propre essai, juste avant la pause (20-6). Toujours dans cette période d’infériorité numérique durant laquelle le XV du club à la caravelle aura finalement cimenté son succès.

« Je pense que c’est le tournant du match, confirme le deuxième ligne Thomas Lavault. On prend un carton, on réussit à maintenir le cap, à résister au bord de la ligne et on sort de cette mi-temps avec un essai provoqué par les avants et fini par les trois-quarts. Même à 14, on avait envie de marquer le territoire et scorer. » Cette séquence en dit long, également, aux yeux de Pierre Aguillon. « On travaille beaucoup ces situations. On a un jeu assez structuré. Les gros ont fait une belle performance. À un de moins, ils ont bataillé. Ça démontre l’état d’esprit qu’il y a depuis le début de saison, applaudit le centre, venu renforcer le pack pour disputer deux oppositions en mêlée fermée pendant l’exclusion temporaire de Priso. On est sur une dynamique, on n’a pas envie de se trouver d’excuses et de se mettre la tête à l’envers. Cet état d’esprit nous permet de renverser la situation. Il faudra le garder sur les matches couperets. En essayant de rester à 15 car plus ça va aller, moins on aura le droit à l’erreur, quand même. » À ce stade de la saison, La Rochelle reste toutefois l’équipe la moins sanctionnée de la division. Dix biscottes, au total (9 jaunes, 1 rouge).

« L’équipe est en bonne santé »

« Les garçons ont bien confirmé le match de Sale, félicite Romain Carmignani, assistant auprès des avants. On aurait signé de suite pour cette performance. Les Lyonnais nous ont mis sous pression, on a bien réagi, on a bien travaillé en équipe puisqu’on n’a pas encaissé d’essais sur les ballons portés suite au carton jaune. C’est plutôt encourageant. On va retenir ça. Il y a beaucoup de signes positifs : la défense, l’état d’esprit, le fait de ne rien lâcher. Derrière, marquer sur des turnovers, des lancements en jeu direct. Les mecs appliquent (les consignes, N.D.L.R.), c’est signe que l’équipe est en bonne santé. On a tous dans un coin de la tête la demi-finale (de Champions Cup) qui se profile dans deux semaines. On est sur notre lancée, on a bien bossé et on va bien préparer ce match. » Confiance à son paroxysme, avant de mettre le Leinster dans le viseur.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Romain Asselin
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?