Les Biterrois touchés, coulés !

  • Les Biterrois ont démarré tambour-battant mais n'ont pas su tenir la distance.
    Les Biterrois ont démarré tambour-battant mais n'ont pas su tenir la distance. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Privés de ballons, les Biterrois ont longtemps résisté avant de craquer.

Le naufrage. De mémoire, jamais l’alignement de l’ASBH n’avait été autant dominé. Parfaitement décryptée par les Catalans et contrée à de multiples reprises sur ses lancers (3 sur 11 conservés), la touche rouge et bleue touchait le fond jeudi. Et entraîna irrémédiablement la chute de son équipe selon le coach des avants Pierre Caillet : « D’habitude c’est un secteur qu’on affectionne, mais ce soir (jeudi, N.D.L.R.), Perpignan nous a bien contrés. On a eu pratiquement aucun ballon ! […] Franchement, c’est ça qui nous tue. » 

Un constat implacable. Ciblé et muselé d’entrée, le meilleur sauteur Karl Wilkins ne parvint pas à se sortir du « marquage » à deux adverse. Et c’est tout l’alignement héraultais, incapable de s’adapter, qui sombrait au fil des minutes. « Nous avons manqué d’alternance et nous n’avons pas trouvé les solutions. Peut-être que l’équipe est aussi un peu tombée dans le doute par la suite. À nous de bien analyser cette contre-performance, recibler et rentrer aussi peut-être lors des entraînements, dans des scénarios prédéfinis où il est difficile d’avoir ses maudits ballons en touche », poursuit le coach.
Sevrés de munitions derrière leur base de lancement de jeu prioritaire (surtout sur maul), les locaux passèrent la soirée à défendre, après avoir réussi pourtant, une entame idéale. 

Une balle de match manquée

Héroïques pendant soixante-dix minutes où ils réussirent à mener au score miraculeusement, les protégés de Pierre Caillet craquaient dans le money time avant de rater une balle de match dans les ultimes secondes. Une action sur laquelle ils parvenaient enfin à capter un ballon dans les airs, avant de le rendre à la suite d’un groupé-pénétrant « étouffé »… 
Un cauchemar éveillé, qui vient gâcher une prestation défensive de haute volée : « Je vais retenir l’excellent état d’esprit des joueurs, qui n’ont pratiquement pas eu un ballon de la soirée et qui n’ont jamais craqué. Ils ont souvent été acculés près de leur ligne et ont souvent trouvé les ressources pour s’en sortir. Malheureusement, dans un derby, cela ne suffit pas. Il faudra retrouver les solutions pour la semaine prochaine, car on a un nouveau derby pas évident à gérer qui attend le groupe (face à Carcassonne). » 

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 0,99€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Julien Louis
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?