Quand Revol écrit à Bouscatel...

  • Le président du CO Pierre-Yves Revol conteste plusieurs décisions du nouveau comité directeur de la LNR présidé par René Bouscatel.
    Le président du CO Pierre-Yves Revol conteste plusieurs décisions du nouveau comité directeur de la LNR présidé par René Bouscatel. Icon Sport - Icon Sport
Publié le

Au fil d’un long courrier que nous nous sommes procuré, le président du Castres Olympique, Pierre-Yves Revol, a émis de vives critiques sur les premières décisions prises par le nouveau comité directeur de la LNR présidé par René Bouscatel.

Dans une longue lettre qu’il a adressée en début de semaine dernière aux trente présidents que compte le rugby pro français, le patron du Castres olympique Pierre-Yves Revol -ex soutien du vaincu Vincent Merling- a exprimé son désaccord avec un certain nombre de mesures adoptées par le successeur de Paul Goze, l’ancien boss du Stade toulousain René Bouscatel. Dans ce courrier, Revol écrit : « René, je dois te dire que les premières décisions du comité directeur m’interpellent. Choisir Montpellier comme lieu de la finale de Pro D2 alors que les deux clubs en position dominante actuellement sont Vannes et Perpignan est étonnant. […] Si d’ici là le public peut dans certaines conditions être admis dans les stades ce serait très pénalisant pour Vannes. Un responsable de ce club (le manager breton Jean-Noël Spitzer, N.D.L.R.) s’en est ému et je le comprends. D’autant plus que le président de l’Usap est membre de ton comité directeur.»

Plus loin, Pierre-Yves Revol remet en cause -sans les nommer expressément- les récents transferts du Parisien Gaël Fickou vers le Racing, de l’Argentin Santiago Chocobares à Toulouse et du Springbok Elton Jantjies à la Section paloise : « Le comité directeur a décidé d’autoriser le recrutement d’un joueur supplémentaire jusqu’à fin avril compte tenu de la "période Covid". J’ai du mal à relier les deux. La période Covid est censée accroître nos difficultés mais nous incitons les clubs à dépenser plus et à se renforcer en vue de la phase finale.»

Premier pavé dans la mare…

Enfin, le numéro 1 du Castres olympique a demandé dans sa missive au nouveau président de la Ligue Nationale de Rugby que le dernier processus de qualification pour la Champions Cup (les huit premiers clubs du Top 14 avaient été automatiquement qualifiés pour les phases finales de la coupe d’Europe) soit reconduit la saison prochaine dans son intégralité. Et, dans une amabilité adressée à son vis-à-vis toulousain, Didier Lacroix, il conclut ainsi son propos : « Je comprends bien que le Stade toulousain, leader actuel du championnat, soit moins enclin que les autres à lancer le débat comme il l’avait fait avec vitalité la saison dernière (alors que Toulouse était septième du Top 14 et donc hors course, N.D.L.R.) mais cela n’enlève rien à son importance».

De toute évidence, un premier pavé vient d’être lancé dans le jardin de René Bouscatel. Il est signé Pierre-Yves Revol, ancien président de l’institution. La belle unité affichée par les clubs aux prémices de la crise sanitaire a-t-elle été brisée par le dernier scrutin ? Allez savoir…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Marc DUZAN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?