Toulouse a (presque) tout gagné

  •   Toulouse a (presque) tout gagné
    Toulouse a (presque) tout gagné MIDOL
  •   Toulouse a (presque) tout gagné
    Toulouse a (presque) tout gagné MIDOL
Publié le

Au-delà du bonus défensif qui permet de garder la tête du Top 14, les Stadistes - remaniés et rajeunis - ont montré qu’il avaient encore, grâce à l’émulation qui réside actuellement dans ce groupe, de très belles ressources.

Et si, pour la première fois, le derby avait accouché de deux vainqueurs ? La question est volontairement provocatrice mais, à n’en pas douter, les supporters toulousains avaient le sourire samedi soir. Même si Alexi Balès ne le cachait pas : « On ne va pas mentir, l’objectif était la victoire. On est tous très déçus car il y avait la place pour faire mieux, avec le jeu que l’on a produit. » Avec tous les cadres ou presque au repos au vu des échéances à venir, Toulouse a présenté une équipe « new look », en grande majorité rajeunie et composée de garçons en manque de temps de jeu. Malgré des repères évidemment moindres, cela ne les a pas empêchés d’être audacieux et séduisants. Un gage de satisfaction, qui faisait naître un mélange d’émotions chez l’entraîneur des avants Jean Bouilhou : « Il y a un sentiment de fierté après ce test à Castres. Dans l’engagement et la solidarité, notre formation a tenu la dragée haute à son adversaire. Mais il y a aussi un peu de frustration sur le résultat. » Balès confirme encore : « On repart avec un bonus défensif, avec des certitudes aussi alors que l’enfer nous était promis, mais une défaite quand même. »

Pour les certitudes justement, le Stade toulousain a gagné du temps, beaucoup de temps, samedi. Car les prestations plus qu’encourageantes des jeunes résonnent clairement comme des assurances pour l’avenir. Dimitri Delibes, encore auteur d’un essai, enlève actuellement des doutes sur une ligne de trois-quarts qu’il faut en partie recomposer en vue de la saison prochaine. Malgré la forte concurrence, Yannick Youyoutte a encore démontré qu’il ne décevait jamais. Baptiste Germain a poursuivi sa montée en puissance, quand Simon Renda et Romain Riguet ont vécu un baptême rassurant en Top 14. Ces « gamins » qui ont su se libérer et faire preuve de panache. « On était un peu partagés entre occuper et jouer au début, note Balès. Mais, on voyant qu’on parvenait à « breaker » en portant le ballon, on a continué dans cette voie. » Avec, comme symbole, cet essai de cent mètres incroyable à la 76e minute sur lequel Marty, Germain, Riguet et Lebel furent à la fête.

Les jeunes… et les moins jeunes

Habités par cet enthousiasme, les Toulousains ont donc réagi par le mouvement et l’initiative après l’heure de jeu, quand beaucoup les voyaient s’écrouler. « Ce groupe a connu le traumatisme du Stade français, quand on en a pris plus de quarante (48-14), rappelle Antoine Miquel. On a eu un déclic tous ensemble avec des paroles fortes dans l’en-but pour qu’on ne passe pas pour des gars ridicules. Cela aurait été trop dommage après notre première mi-temps. On voit qu’on a été capables de mettre un essai en partant de notre en-but et de se donner la possibilité de l’emporter sur la fin. » Lui a fait partie des hommes qui ont sonné la révolte. Excellent à Pierre-Fabre, comme depuis plusieurs mois, il avait néanmoins été victime de la grande concurrence à son poste et n’était pas sur la feuille de match au Munster et à Clermont, en Champions Cup.

Il savait qu’il devait répondre présent samedi. Il l’a fait, comme Alexi Balès, auteur d’une de ses meilleures prestations sous le maillot toulousain, Emmanuel Meafou ou Pierre Fouyssac. Thibaut Flament ou Alban Placines, remplaçants en Coupe d’Europe, ont aussi été très en vue. « Je ne suis plus surpris avec ces joueurs qui sont capables de tout, apprécie Bouilhou. Je suis heureux qu’il tente des choses, que ça marche. C’est plaisant de voir autant de ressources physiques et mentales chez les jeunes et les moins jeunes. » Bénéfice d’une immense émulation, comme il y a deux ans d’ailleurs…

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Midi-Olympique.fr
Voir les commentaires
Sur le même sujet
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?