Grande première pour la recrue Fickou

  • Sitôt arrivé, Gaël Fickou est dans le groupe qui affrontera Toulouse samedi soir. Photo Icon Sport
    Sitôt arrivé, Gaël Fickou est dans le groupe qui affrontera Toulouse samedi soir. Photo Icon Sport
Publié le , mis à jour

En signant Gaël Fickou, le racing s’est montré fin négociateur, tant le salaire versé au joueur semble raisonnable au vu de son talent. ce week-end, la star devrait d’ailleurs démarrer sur le banc.

C’est le 3 mars, à Toulon, que le meilleur ouvreur d’Europe, Finn Russell, a foulé pour la dernière fois une pelouse du Top 14. Ce jour-là, les hommes de Laurent Travers et Mike Prendergast avaient été battus d’une courte tête par les Varois à Mayol (25-21) et, dans la foulée, Russell avait donc regagné l’Écosse pour disputer la fin du Tournoi des 6 Nations aux côtés des "boys" de Gregor Townsend. Le 26 mars, au soir où ceux-ci s’imposaient à Saint-Denis face aux Tricolores (23-27), Finn Russell fut à créditer d’une belle performance mais écopa aussi d’un carton rouge après s’être rendu coupable d’un coup de coude sur l’arrière français, Brice Dulin.

Aussitôt sanctionné par la commission de discipline du Tournoi et privé du déplacement à Bayonne en championnat puis du quart de finale de Champions Cup contre Bordeaux-Bègles, Russell aurait dû faire son retour à la compétition ce week-end, face à Toulouse. Las, le report du derby francilien, initialement prévu le week-end dernier, eut aussi pour conséquence de rallonger d’une semaine la sanction de l’ouvreur écossais, celui-ci n’ayant pas pu "purger" face au Stade français le troisième match de sa suspension. Ainsi, Antoine Gibert sera titulaire à l’ouverture.

Et si l’ancien meneur de jeu de Glasgow lui a prodigué, toute la semaine, de précieux conseils à l’entraînement, il est évident que le talent offensif de Russell fera défaut aux Franciliens dans un match qu’ils attendent avec une impatience non-feinte: de fait, les Racingmen ont très mal vécu leur élimination en quarts de finale européen et comptent sur ce choc face à la meilleure équipe du championnat pour relancer une machine que l’on imagine quelque peu grippée par ces quinze jours d’entraînement tronqués par une mise à l’isolement, les Racingmen ayant été reconnus cas contacts après avoir affronté l’UBB, frappée par une épidémie de Covid.

Un salaire de 300 000 €

et une rallonge en droits d’image

Handicapé par les absences de douze joueurs, blessés ou suspendus, le club des Hauts-de-Seine devrait donc lancer à Toulouse sa nouvelle recrue, Gaël Fickou. Arrivé au Plessis-Robinson en début de semaine, le centre international s’est entraîné normalement et, en l’absence de Vakatawa et Chavancy, connaîtra à Ernest-Wallon, face à un club où il passa les six premières années de sa carrière professionnelle (2012-2018), ses premières minutes avec son nouveau club. Si Kurtley Beale et Dorian Laborde devraient être titularisés au milieu du terrain, Fickou pourrait quant à lui entrer en jeu en cours de match, à l’aile ou au centre.

Concernant le capitaine de la défense tricolore, force est de constater, enfin, que les dirigeants du Racing ont joué fin dans leurs négociations: selon nos informations, le salaire de la star serait aujourd’hui estimé à un peu plus de 300 000 € annuels (c’est très peu pour un joueur de ce calibre), une somme à laquelle le Racing ajoutera 100 000 € de droits à l’image, versés directement à l’ancien employeur du joueur, le Stade français. Les charges patronales, elles, seront entièrement prises en charge par le club parisien.

Cet article est réservé aux abonnés
Accédez immédiatement
à cet article à partir de
0,99€ le premier mois
Marc DUZAN
Voir les commentaires
Réagir
Vous avez droit à 3 commentaires par jour. Pour contribuer en illimité, abonnez vous. S'abonner

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?