Clermont ou l’art de se compliquer un match

  • Auteur d'une excellente entrée en jeu après la pause, Morgan Parra n'a pourtant pas suffit pour renverser le jeu et s'imposer à Lyon.
    Auteur d'une excellente entrée en jeu après la pause, Morgan Parra n'a pourtant pas suffit pour renverser le jeu et s'imposer à Lyon. Vincent Duvivier
Publié le

Capables de passer un 16 à 3 à Lyon en vingt minutes et en infériorité numérique, les Clermontois reviennent sans bonus défensif d’un match qu’ils semblaient capables de remporter en deuxième mi-temps.

Peut-on repartir bredouille quand on mène de trois points à six minutes de la fin d’un match ? Puis quand, mené de quatre points, on fait le siège dans les vingt-deux adverses ? La réponse est affirmative. Si vous en doutez, regardez les dernières minutes du match entre Lyon et Clermont. Capables de fulgurances, les visiteurs ont semblé saboter consciencieusement tous leurs efforts. Ils...

Cet article est réservé aux abonnés
Abonnez-vous pour en profiter
à partir de 7,90€/mois, sans engagement
  • Tous les articles en illimité sur le site et l'application
  • Le journal en version numérique dès 20h30 la veille
  • Les newsletters exclusives
Sébastien FIATTE
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?